Tremsal : « La Fédérale 1 ? Une réponse cette semaine »

  • Tremsal : « La Fédérale 1 ? Une réponse cette semaine »
    Tremsal : « La Fédérale 1 ? Une réponse cette semaine »
Publié le , mis à jour

Paul Tremsal évoque les doutes du CA Orsay Rugby pour participer à un championnat susceptible d’abîmer son club.

La montée de votre club en Fédérale 1, aux dépens de Niort en huitième de finale, a constitué l’une des grosses surprises de ces phases finales de Fédérale 2. Vous étiez-vous préparés à cette promotion ?

Pas du tout. Orsay n’a jamais élaboré de plan pour aller là-haut voir ce qui s’y passe. Jusqu’à présent, cette division s’est révélée être une machine à broyer les clubs comme les nôtres. Des clubs très bien organisés, avec des bénévoles et des joueurs très impliqués. Et combien se sont abîmés terriblement à son contact ? Il n’a jamais été dans nos projets de nous faire broyer.

Comment allez-vous gérer cette accession ?

Nous ne savons pas encore si nous l‘accepterons. Nous donnerons une réponse cette semaine. Nous devons examiner précisément tous les paramètres avant d’accepter de nous lancer dans cette aventure. Nous voulons aussi consulter nos joueurs. On ne les a pas embêtés avec ça avant leur quart de finale d’hier contre Suresnes. Nous les verrons cette semaine.

Quels paramètres ?

Orsay est une petite municipalité de 16 000 habitants. Notre mairie fait vraiment tout ce qu’elle peut pour nous aider et elle ne peut pas faire davantage. Même si nous sommes sur le grand comité d’Ile-de-France, plutôt urbain par essence, nous ressemblons davantage à un club rural. Les infrastructures de notre club ne répondent pas à tous les critères de sélection émis par la Fédération. Nous devrons donc voir avec les responsables fédéraux quelles obligations parmi celles que nous ne remplissions pas, seraient négociables. Mais je sais déjà qu’une obligation n’est pas négociable, et celle-là nous fait beaucoup réfléchir.

Laquelle ?

La suppression de la réserve. Si nous nous projetons sur la prochaine saison, nous pourrons constituer une équipe de moins de 23 ans. Mais cela se fera au prix de la séparation avec quelques joueurs trop âgés, ce qui ne nous enchante pas du tout. En se projetant plus loin, cette contrainte, associée à celles de disposer de façon indépendante d’une Balandrade, d’une Bélascain, et d’une équipe de cadets Teulière, peut devenir insoutenable. C’est beaucoup pour un club comme le nôtre, qui travaille plutôt sur un bassin géographique en bonne entente avec ses voisins. Nous devons aussi discuter avec eux pour savoir si nous pouvons organiser une collaboration.

À vous entendre, votre décision semble prise. Vous n’irez pas ?

Nous avons envie de relever le défi sportif. Si la poule d’accession au Pro D2 devait être maintenue, la perspective de jouer dans une poule de « super Fédérale 2 » à douze clubs est très excitante. Et compte tenu de l’utilisation limitée des joueurs étrangers, nous aimerions vraiment pouvoir nous y étalonner. Mais notre orthodoxie est absolue et inflexible : si nous pensons que notre modèle sera mis en danger, nous n’irons pas.

Quel modèle ?

D’abord, on ne gagne pas d’argent à Orsay. Les plus valorisés, qui ont participé à tous les matchs et à tous les entraînements, sortent de la saison avec des indemnités totales qui ne dépassent pas 5 000 euros. Et ils en ont laissé une bonne moitié au club-house, après avoir payé leur licence et leur survêtement. Le club a toujours privilégié des staffs techniques très compétents au contact desquels les joueurs grandissent et favorisent leur enthousiasme. Depuis dix ans, notre budget est de 430 000 euros. Nous ne bougerons pas, sauf à disposer de certitudes de l’augmentation de la contribution du département et de quelques soutiens privés, qui aimeraient nous voir au plus haut niveau. Ce niveau de vie nous permet de défendre des valeurs qui ne sont pas galvaudées. Nous sommes un club complet. Nous disposons de neuf arbitres. Notre école de rugby est dynamique. Je dis souvent aux parents que nous sommes la fabrique aux souvenirs de leurs enfants. C’est notre vocation. Pourquoi risquer de briser cela ? Pour satisfaire un ego ? Notre ego est ailleurs. Cette semaine, nous ferons le bilan de nos réflexions avec le comité directeur et avec les joueurs, et nous donnerons une réponse.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?