• France 2023 : C'est parti !
    France 2023 : C'est parti !
Publié le / Modifié le
Compétitions

France 2023 : C'est parti !

Bernard Laporte était ce jeudi à Dublin pour déposer à World Rugby le dossier de candidature pour le Mondial 2023. En moins de six mois, la France a rattrapé son retard et présente un projet solide sur tous les plans. Reste maintenant à convaincre les fédérations de voter plutôt pour la FFR que l’Irlande ou l’Afrique du Sud.

Ce jeudi à 16 heures à Dublin, le président de la FFR, Bernard Laporte, a déposé le dossier de candidature pour l’organisation de la Coupe du monde 2023. Un projet rassemblé en 810 pages et qui a été présenté aux salariés de la fédération mercredi à Marcoussis. Ce dépôt marque l’entrée officielle de la France dans la compétition face à l’Afrique du Sud et l’Irlande pour l’obtention du Mondial. La fédération internationale, World Rugby, révélera le 15 novembre, à l’issue du vote des fédérations, le nom du futur pays hôte. Depuis leur prise de fonction, le 3 décembre dernier, Laporte et son équipe se sont démenés pour monter un projet et rattrapé le retard pris, notamment en raison des élections fédérales. Les stades ont été choisis (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Saint-Étienne, le Stade de France), avec une «prime» pour l’enceinte dionysienne qui accueillera au moins sept rencontres durant une compétition étalée sur 45 jours. Que des grands stades modernes et tous situés en Métropole. Autre atout, l’aspect financier. Un volet important et qui a été supervisé par le directeur du comité de candidature, Claude Atcher. Le dossier français présente les plus grandes recettes garanties pour World Rugby, et des retombées directes et indirectes estimées pour le territoire français de près d’un milliard d’euros. C’est pour cela, que l’État français a apporté sa garantie financière sur la redevance à payer à World Rugby (143 millions d’euros), malgré l’actuelle passation de pouvoir au sommet de l’Etat. D’ailleurs, Laporte a été reçu ce mercredi par le ministre de l’Action et des Comptes Publics, Gérald Darmanin, et la ministre des Sports, Laura Flessel. Ce dimanche en marge de la finale du Top 14, il devrait rencontrer le président de la République, Emmanuel Macron, qui apportera son soutien à la candidature.

 

Soutien populaire

Une Coupe du monde voulue aussi par la population française, puisque les sondages commandés par Midi Olympique montrent que plus de 80 % de la population est favorable à son organisation. Pourtant, la partie n’est pas gagnée. Bernard Laporte et son équipe en sont conscients et c’est pour cela que, depuis des semaines, ils sillonnent le monde pour prêcher la bonne parole. En Europe, ils étaient en Écosse la semaine passée et devaient se rendre en Géorgie dans les prochains, jours, en Asie (visite à Singapour, au Japon et en Mongolie). Ce travail de lobbying est aussi important que l’élaboration d’un projet. L’Irlande est toujours favorite pour l’obtention du Mondial, mais la France a bel et bien rattrapé son retard. Il reste tout l’été et encore un grand oral à passer devant toutes les Fédérations, le 25 septembre prochain....

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir