• 5 bonnes raisons de maintenir la tournée d'été
    5 bonnes raisons de maintenir la tournée d'été
Publié le / Modifié le
Compétitions

5 bonnes raisons de maintenir la tournée d'été

Alors que l'équipe de France enchaîne les mauvaises performances en Afrique du Sud, le débat sur l'utilité et le maintien ou non d'une tournée estivale refait surface. Voici cinq raisons pour lesquelles son existence est indispensable.

- Cela permet de voir Le Corvec, Watremez ou Caballero en équipe de France

Peu de joueurs peuvent se vanter d'avoir affronté les Néo-zélandais avec le maillot floqué du coq. Grégory Le Corvec en fait parti, titulaire à l'aile de la troisième ligne en 2007. Score final 42-11, on ne peut pas tout avoir ! Caballero (contre l'Australie en 2008) et Watremez (contre l'Argentine en 2012) ont aussi réussi cet exploit, chapeau !

 

- Cela permet aux néo-zélandais de battre de nouveaux records de victoires consécutives

Comment espérez-vous gagner 18 fois de suite sans pouvoir compter sur les 3 victoires assurées par chaque été contre les pays de l'hemisphere nord ? Les Néo-zélandais s'accordent donc avec nous pour dire que cette tournée est indispensable !

 

- Cela permet de découvrir de nouveaux Haka

Avoir la possibilité de voir en un week-end autant de Haka que tout le reste de l'année c'est plaisant. Et si en plus les maoris s'inspirent de Michael Jackson... c'est cadeau ! Ajoutez à cela Samoans, Fidjiens et Tongiens et vous aurez là de nouvelles danses à apprendre à vos enfants.

 

 

- On peut voir qu'empiler les stars ne garantit pas forcément d'avoir une bonne équipe

Farell, Sexton, Itoje, North, Warburton ou O'brien dans la même équipe, ça a de la gueule. Mais à en voir les résultats des Lions Britanniques en ce début de tournée (3 victoires sur 5), avant même d'avoir eu l'occasion d'affronter les néo-zélandais, cela ne suffit pas. Alors pourquoi s'entêter à accumuler les stars alors qu'une paire de centres Dunbar-Taylor suffit pour battre l'Australie.

 

- Cela permet d'avoir encore du rugby à regarder après le 4 juin

Et c'est quand même ça le plus important.

 

Théophile Arlet

 

midi olympique
Réagir