David Gérard : « Engranger des points très tôt »

  • David Gérard : « Engranger des points très tôt » David Gérard : « Engranger des points très tôt »
    David Gérard : « Engranger des points très tôt »
Publié le

Arrivé dans l’Hérault en janvier dernier avec David Aucagne, le technicien Biterrois a foi en son groupe pour cette nouvelle saison de Pro D2.

Comment s’est passée la reprise de l’entraînement ?

Très bien. Nous avons axé les trois premières semaines sur de la préparation physique avec quelques rappels rugbystiques mais nous ne sommes pas encore vraiment rentrés dans l’aspect stratégique et les lancements de jeu. Lundi prochain, toutes les recrues seront arrivées donc nous pourrons aborder des exercices plus techniques. Jusqu’à présent, nous avons fonctionné sur une préparation avec 80 % de physique et 20 % de rugby. Nous allons rééquilibrer cela dans le courant du mois de juillet. Mais dans l’ensemble, nous sommes satisfaits du travail qui a été accompli lors de cette reprise car l’état physique des joueurs était très convenable, aucun d’entre eux n’est arrivé hors de forme donc cela a facilité la mise en route.

 

L’ASBH enregistre dix arrivées pour la saison prochaine, avec des profils assez jeunes. Quelle a été la logique du recrutement ?

Nous avons effectivement cherché à densifier l’effectif, tout en misant sur la jeunesse. Avec David (Aucagne), nous sommes attirés par les jeunes joueurs car ce sont des garçons qui ont beaucoup à prouver, en vue d’une future carrière. D’une manière générale, cette partie recrutement a été très délicate. Déjà parce que nous étions limités financièrement, ce qui nous a obligés à effectuer un recrutement malin et ciblé mais aussi pour combler certains départs très handicapants au vu de la densité et l’homogénéité de ce championnat de Pro D2. Nous voulions également être en capacité, durant la saison, d’effectuer un certain turnover dans le groupe et mettre les joueurs en concurrence.

 

Finalement, cette intersaison avec Béziers est la première pour vous étant donné que vous étiez arrivé en janvier l’an passé. Qu’est ce que cela change pour vous ?

Les cartes sont entre nos mains donc la différence est considérable. Lorsque nous sommes arrivés en janvier, nous n’avions presque plus notre destin entre nos mains car il est très dur de s’approprier le travail d’un autre staff. Cette fois, nous avons établi notre propre programme et nous avons axé les séances de travail comme nous l’entendions. Au moins, si ça marche, c’est tant mieux et si ça ne marche pas, nous ne pouvons nous en prendre qu’à nous-même.

 

Malgré une saison en demi-teinte et une dixième place à la clé, Béziers n’a jamais fermé le jeu. Va-t-on voir l’équipe évoluer dans le même registre la saison prochaine ?

À défaut d’avoir un effectif très massif, nous bénéficions d’un groupe très joueur donc prôner ce jeu de mouvement est à la fois une volonté et une contrainte. Cette année, nous avons vraiment donné de l‘importance à notre cellule de préparation physique car nous avons une vraie volonté de faire perdurer cette stratégie. Nous voulons des joueurs qui savent se déplacer rapidement et pour cela, il faut qu’ils soient prêts physiquement. Quels sont les objectifs de Béziers pour la saison prochaine ? Nous voulons avant tout fixer un objectif raisonné, par rapport à notre effectif. Il est évident que nous ne pouvons pas afficher les mêmes prétentions qu’un club qui dispose de quarante joueurs professionnels. Mais le club aura tout de même des ambitions. En tout cas, nous attendons plus d’efficacité et de maturité de la part de nos joueurs. Il nous faut prouver que nous avons compris les erreurs de la saison précédente pour éviter une nouvelle désillusion. La clé de la saison sera d’engranger des points très tôt dans la pour se rassurer immédiatement et créer une dynamique positive.

 

Propos recuellis par Tom Monaci

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?