• Paris XO a fait des bébés
    Paris XO a fait des bébés
Publié le / Modifié le
Compétitions

Paris XO a fait des bébés

Les incontournables Parisiens ont disputé leur troisième finale nationale consécutive en incorporant de nouveaux joueurs. Et ils repartent pour un tour en première série.

Dans la lignée de ces équipes de frangins éparpillés de leur vivant et qui se rassemblent, leur fin de vie approchante, pour tenter ensemble de décrocher la lune, la constance du Paris XO est devenue proverbiale. Leurs trois finales de championnat de France disputées en trois ans figurent au panthéon de cette gestuelle. La jeunesse de Landes Océan les a peut-être cette fois rabroués assez sèchement. Prendre 35 points au pied du bouclier de Deuxième Série a ramené les plus anciens des Parisiens au fait de leur vieillerie. Mais une fois disparue la rougeur sur la joue de la claque reçue, il reste ce parcours exceptionnel de cette formation singulière dans sa compétitivité, parvenue à chaque fois qu’elle a pris un départ, à bien se positionner dans la dernière ligne droite pour remporter l’or de la médaille des vainqueurs. Le titre en Quatrième Série contre les Basques de Menditte, la défaite au tir au but en finale de Troisième Série, subie lors de cette revanche romanesque contre ces mêmes Mendikotars, et la participation à la finale de Deuxième Série, dans ce qu’elles contiennent de succès en phase finale obtenus au mental contre la classe biberons des « modernes », font un tableau de chasse garni de gibiers galopants des grandes prairies verdoyantes. Le festin est-il fini ? Pour eux, la question de la reprise s’est posée chaque année. L’assemblée générale parisienne a toujours réservé ce concours de mauvaise foi entretenu entre ses membres. Et qui a dit qu’il était mort et qu’il fallait l’enterrer, et lequel a juré que c’était la dernière, et comment ils se sont retrouvés comme un seul homme deux saisons encore, après l’aventure de la quatrième série qui ne devait durer qu’un an… C’est ici qu’un grand changement vient d’être opéré.

 

Un vent de jeunesse

Si les vieux du Paris XO sont de nouveau parvenus à se hisser une troisième fois en finale, ils le doivent à la vitalité régénérante de jeunes joueurs qui les ont rejoints. Le fonctionnement auto géré de cette formation - trois joueurs élus décident des compositions d’équipe - et son entraînement hebdomadaire unique, qui lui donne des airs d’équipe du samedi, ont essaimé des graines sur le territoire francilien. On pouvait donc rater des entraînements et jouer le dimanche, et résoudre le paradoxe de privilégier ses études sans renoncer à la possibilité d’un titre de champion de France. On trouve parmi les nouveaux deux barmen recrutés directement à la source, là où les vieux avaient leurs habitudes, deux types de Science Po dont les 20 ans ont drôlement fait chuter la moyenne d’âge, et puis des autres qui, comme eux, sont venus prendre leur plaisir pour pas cher. Cette année, dans la formation définitive qui a disputé cette troisième finale, on comptait près d’une moitié de nouveaux joueurs. Si bien que pour la première fois, l’assemblée générale du Paris XO réunie à la fin du mois de juin, portée par ce vent du renouveau, a voté sans sourciller la reprise de l’activité en première série. « Ce sera sans moi », ont dit quelques-uns des historiques. Ils ont fait sourire les autres. On sait là-bas qu’il ne faut jamais dire fontaine…

 

Digest

Date de création : 2014

Nombre de licenciés : 56

Plus haut niveau atteint : Deuxième Série

Palmarès : champion de France de 4e Série (2015)

Budget : 28 000 euros

En 2016-2017 : finaliste Première Série.

 

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Réagir