Clap de faim

  • Clap de faim
    Clap de faim
Publié le , mis à jour

Le rideau rouge vient juste de tomber sur la saison 2016-2017 après la douce euphorie suscitée par la tournée des Lions britanniques et irlandais en Nouvelle-Zélande. Sans chaos : l’équilibre mondial n’a pas été bouleversé même si un léger voile noir s’est posé sur la domination exercée jusqu’ici sans partage par les doubles champions du monde. Les Lions de Warren Gatland ont égratigné l’icône et allégrement entaché la réputation des maîtres de jeu.

C’est dit, et même confirmé : Kieran Read et sa troupe ne sont pas invincibles. Il faudrait être fou pour oser le croire, d’ailleurs. Il n’est certainement pas anodin de constater que les deux dernières formations à les avoir fait plier sont issues de l’hémisphère Nord : l’Irlande en novembre 2016 et désormais les Lions. Voici la preuve que la magie d’un rugby récité à toute vitesse sur le fil de la flamboyance peut toujours se heurter à la froide réalité d’un sport qui fera toujours du combat sa valeur première. On n’échappe jamais à son devoir d’engagement.

Voilà une sacrée bonne nouvelle pour Guy Novès et ses Bleus qui n’en seront pas moins dispensés d’un exploit monumental cet automne, s’ils ambitionnent d’accrocher les Blacks à leur palmarès. Un éternel fantasme qui pourrait virer au cauchemar pour une équipe de France priée de se mesurer par deux fois aux champions du monde ! Vous nous direz, les Lions et les Irlandais l’ont bien fait, eux, à six mois d’intervalle… Pourquoi pas nous, en moins de quatre jours… Rien n’est impossible, paraît-il. La preuve, notre histoire regorge de batailles ainsi remportées contre toute attente, parfois même au mépris de toute logique sportive.

Alors ? Rien de nouveau sous le soleil. Même griffés par les Lions, les Blacks resteront des sources de d’inspiration et de motivation pour l’ensemble du rugby mondial ; les principaux moteurs de l’évolution de ce jeu, souvent pour défendre leurs propres intérêts. 

Le clap de faim qui vient de tomber signe l’ouverture d’une nouvelle aventure pleine de promesses, vers laquelle nous sommes déterminés à plonger avec gourmandise. C’est une formidable source de motivation alors que l’ensemble des clubs professionnels a repris le chemin de l’entraînement. On transpire à grosses gouttes de Paris à Toulon, en passant par Montpellier, La Rochelle et Castres où l’un de nos journalistes a intégré l’effectif du CO pendant quelques jours pour vous faire partager les secrets d’une préparation d’avant-saison. Ou quand Simon défie une armée de Goliaths !

Il n’est pas encore question de rugby, juste de préparation athlétique, de cardio et de musculation. Des incontournables à cet instant de l’été, quand les clubs investissent dans le patrimoine physique de leurs joueurs pour résister au rythme imposé par un calendrier démentiel. Cela ne va pas durer et, très vite, soyez en sûrs, nous devrions entendre parler plus souvent de « ballon ». Parce que les All Blacks, toujours eux, ont marqué les esprits même s’ils n’ont pas renversé les Lions… En projetant le rugby sur le front de la vitesse et de l’intensité, comme les Springboks l’avaient d’ailleurs fait aux dépens du XV de France, ils pourraient bien avoir confirmé les nouvelles tendances pour la collection automne-hiver… 

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?