La nouvelle ère du TUC

  • La nouvelle ère du TUC
    La nouvelle ère du TUC
Publié le , mis à jour

Auteur d’une bonne deuxième moitié de saison en 2017, le TUC veut poursuivre sa marche en avant.

Il est certains moments, comme ça, où tout va mal. Pour le Toulouse Université Club, c’était entre les mois d’octobre et décembre 2016. L’hiver. Une période qui, historiquement, n’a jamais vraiment réussi aux Toulousains. « Nous comptions une quinzaine de blessés, majoritairement de l’équipe première, et avons concédé huit défaites de suite », se souvient le manager tuciste Stéphane Brusset. « Nous avons fait le dos rond. Et puis le groupe est sain : en dehors du rugby, les joueurs sont amis. Alors personne ne s’est tiré dans les pattes, et le vent a fini par tourner. » Au point que le Tuc a terminé la saison 2016-2017 sur les bases d’un qualifiable : lors des huit derniers matchs, les étudiants toulousains en ont remporté cinq, dont un à l’extérieur. Quelques semaines après la fin de la saison, les joueurs ont alors convoqué une réunion avec le staff. « Ils nous ont expliqué qu’ils étaient ambitieux, qu’ils voulaient des objectifs. Ce discours nous a boostés avec le reste du staff, et nous avons à notre tour eu plusieurs réunions sur le projet de jeu », explique Brusset.

La vie sans Jean

Les Tucistes devront également se passer des services de leur maître à jouer, l’emblématique Jean Roddaz, qui prend une retraite bien méritée : « Jean est important dans notre jeu, mais collectivement, on peut répondre à ce départ. Des joueurs comme Paul Bonhoure, Antoine Le Tallec ou Baptiste Bordes doivent prendre davantage de responsabilités. » Ces cadres devront également veiller à l’intégration des huit recrues tucistes, dont quatre pour le seul poste de deuxième ligne. Une bonne nouvelle, puisque ces renforts compenseront peut-être l’arrêt forcé de l’excellent Vincent Boudoussier, contraint à une retraite forcée par une hernie discale. Autre nouveauté, les entraînements entre groupe seniors et les Bélascain seront mutualisés pour « renforcer l’opposition contre l’équipe fanion, et afin de voir les Bélascain à l’œuvre de plus près pour tester les meilleurs avec la première ». Le staff aussi a changé : la saison prochaine, Stéphane Brusset sera toujours assisté de Miguel Batista, mais les deux hommes seront rejoints par Nicolas Alègre et Gary Kolenc, ainsi que Bertrand Lescudié, qui supervise les Bélascain. De nouveaux hommes pour une nouvelle ère que les Tucistes espèrent prospère…

Date de création : 1929

Nombre de licenciés : 515

Plus haut niveau atteint : Deuxième division (de 1969 à 1980)

Palmarès : champion des Pyrénées juniors Balandrade (2017, 1989), trois titres de champion des Pyrénées

Honneur (2008, 1990, 1963), champion des Pyrénées Promotion Honneur (2005), champion des Pyrénées réserve Honneur (2008), champion des Pyrénées réserve Promotion Honneur (2004)

Budget : 130 000 €

En 2016-2017 : 7e, championnat Honneur Midi-Pyrénées

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?