Béziers et Narbonne pour l'Histoire

  • Béziers et Narbonne pour l'Histoire
    Béziers et Narbonne pour l'Histoire
Publié le , mis à jour

Vendredi 28 juillet à 19 h 30, Béziers et Narbonne ont rendez-vous au Parc des Sports de Sauclières à Béziers pour préparer la prochaine saison du Pro D2.

Est-il encore nécessaire de présenter un tel match ? Est-il encore utile d’expliquer la rivalité qui existe entre le Racing Club de Narbonne et l’Association sportive Béziers Hérault. Ce match, c’est un derby entre deux équipes séparées seulement de trente-quatre kilomètres, mais qui partagent une vieille histoire rugbystique commune. Une histoire, qui s’est forgée des années durant, aux termes de duels épiques, sur la pelouse de l’historique Parc des Sports de Sauclières. Un nom qui n’évoquera sûrement pas grand-chose, pour ainsi dire rien, aux plus jeunes des supporters biterrois et narbonnais. Alors que la simple évocation de ces trois syllabes, ravivera de beaux souvenirs aux amoureux de la première heure de ces deux clubs. Car ce stade est partie intégrante de l’histoire du rugby français. Il est sans aucun doute un de ceux qui a vu défiler le plus de Boucliers de Brennus. Onze titres de champion de France pour être précis, entre 1961 et 1984. Délaissé depuis 1990, et la construction du Stade de la Méditerranée, celui qui fût des années durant, l’antre du « Grand Béziers », va retrouver ses lettres de noblesse, le temps d’un match, qui n’aura d’amical que le nom, entre le RCNM et l’ASBH.

 faire tourner l’effectif

Quoi de mieux, il est vrai, qu’un derby pour préparer aux joutes coriaces du Pro D2 ? « Rien » pour l’entraîneur de Narbonne, Christian Labit. « Il n’y a pas de matchs amicaux dans les derbys et encore moins dans un Béziers - Narbonne. J’ai choisi cette adversaire car ce genre de match de préparation permet de retrouver directement l’intensité que l’on aura en championnat. On va pouvoir rentrer dans le dur. » Devant un public qui sera à coup sûr très nombreux, excité et légèrement hostile aux Narbonnais, les joueurs de l’ancien troisième ligne toulousain pourront mettre en exergue ce qu’ils ont travaillé depuis la reprise. Après un mois de travail, « jouer les uns contre les autres n’est d’ores et déjà plus suffisant, les joueurs ont besoin et envie d’une opposition plus élevée ». Des deux côtés de l’Aude, la volonté affichée est de faire tourner un maximum l’effectif pour que tous les joueurs puissent emmagasiner du temps de jeu et se montrer à quelques semaines de la reprise. À l’occasion de cette rencontre, les entraîneurs David Aucagne et Christian Labit vont avoir la possibilité de faire une large revue de leur troupe respective. Mais pour les deux, la victoire est aussi essentielle. Car un derby il ne faut pas oublier que ça se gagne.

écrit par Félix Comane

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?