Castres Olympique : aller plus haut

  • Castres Olympique : aller plus haut
    Castres Olympique : aller plus haut
Publié le , mis à jour

Le Top 14 s'ouvre dans très exactement onze jours. C'est le moment ou jamais de faire un tour d'horizon des différents clubs... Jour après jour, voici pourquoi cette édition 2017/2018 du Top 14 promet du spectacle, et pourquoi il faudra absolument être au rendez-vous...

Pourquoi suivre Castres ?

C'est peu de chose que de dire que Castres tient tout les ans ses promesses. Hormis un passage à vide en 2015, les hommes de Christophe Urios occupent régulièrement les places d'honneur au classement général, jusqu'à s'inviter en match de barrage. Entre les vieux soldats que sont les Capo Ortega, Bias et autre Urdapilleta, et les étoiles montantes que sont Babillot, Jelonch ou encore Vialelle, on ne parle même plus de faire prendre la sauce. C'est de l'alchimie pure et simple, un savant mélange d'expérience et de fougue, sur fond de bonne ambiance et de l'esprit de famille qui anime le club. Ajoutez à cela quelques recrues bien choisies, et vous obtenez la parfaite combinaison pour une équipe ambitieuse, qui entend bien jouer les troubles fête.

Ce statut d'outsider de luxe lui va si bien qu'il est difficile de ne pas imaginer les Tarnais finir à l'une des six premières places. Bien que privés cette année d'Antoine Dupont, parti rejoindre le voisin Haut-Garonnais, le Castres Olympique aura toujours l'expérience de Rory Kockott, encore et toujours le chef d'orchestre de cette équipe ambitieuse.

En parlant d'ambition, il est peut être temps de franchir un cap pour le Castres Olympique, et de s'afficher en prétendant plus qu'en outsider. À l'image de La Rochelle, on sent que le projet du club se fonde sur du long terme, et ne devrait pas tarder à porter ses fruits. Avec le championnat européen, gageons que les jeunes espoirs (vice champions de France l'an passé) gagneront du temps de jeu, afin d'être intégrés au plus vite dans la rotation de Christophe Urios et apporter leur pierre à l'édifice.

Le joueur à suivre : Taylor Paris

En pleine Coupe du Monde, les Canadiennes comptent sur la bombe Magali Harvey, redoutable finisseuse aux jambes de feu. Chez leurs homologues masculins, sont homologue se nomme Taylor Paris. Arrivé tout droit d'Agen où il évoluait depuis 2013, nul doute qu'il sera tout particulièrement surveillé par les défenses du Top 14. Les Catalans ont encore en mémoire son essai de près de 100m en barrages il y a deux ans, qui suffit à lui seul à démontrer les qualités du jeune joueur de 25 ans. International à XV et à 7, il vient pallier le départ de Rémy Grosso. Gageons que sa pointe de vitesse et ses appuis ravageurs affoleront bientôt les spécialistes de la planète ovale...

Portrait chinois d'Anthony Jelonch (troisième ligne de 21 ans, équipes de France jeune et Barbarians)

Si vous étiez une voiture : Un 4X4, ça passe partout

Si vous étiez une musique : Celles jouées par une fanfare

Si vous étiez un plat : Un bon magret

Si vous étiez un livre : Un magazine

Si vous étiez un lieu : Le Gers

Si vous étiez une citation : Rien ne sert de courir, il faut partir à point.

Si vous étiez une boisson : Un verre de vin

Si vous étiez un geste technique : Une chistéra

Si vous étiez un film : Les Tuches

Si vous étiez un animal : Un lion

Par Rémy DOUTRE

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?