Bernard Goutta : « j’étais le premier supporter de Clermont »

  • Bernard Goutta : « j’étais le premier supporter de Clermont »
    Bernard Goutta : « j’étais le premier supporter de Clermont »
Publié le , mis à jour

Bernard Goutta a la lourde tâche de succéder à Jono Gibbes. Le nouvel entraîneur des avants clermontois nous livre ses premières impressions.

Par rapport aux attentes, est-ce difficile d’arriver dans un club qui vient d’être champion de France ?

Au contraire. D’ailleurs, en fin de saison dernière, j’étais le premier supporter de l’ASMCA. Ne serait-ce que par rapport aux mérites. Ce club méritait vraiment d’être champion. Ensuite, pour moi-même. Il est plus facile de s’intégrer dans un club en confiance, qui vient de connaître un gros soulagement. Sur les premiers contacts, les premiers entraînements, je l’ai vite ressenti.

Quelle première impression vous fait le club ?

Clermont est une écurie de Formule 1. Chacun connaît ses missions, ses responsabilités et tout est coordonné au millimètre. Personne n’empiète sur le travail de l’autre. J’avais déjà trouvé un peu cela à l’Usap, mais dans une moindre mesure. Là, c’est poussé à l’extrême. C’est vraiment une écurie de Formule 1. Face à cela, je suis très humble. Je sais que j’arrive dans un monde d’excellence. À moi de me mettre au niveau pour répondre à ces exigences. Je dois rentrer dans ce moule, intégrer cette culture pour apporter mes réglages.

 Vous parlez de culture : comme Franck Azéma, vous êtes issu d’une culture catalane qui paraît tellement éloignée, beaucoup moins feutrée…

Ce n’est pas vrai. Le Catalan n’est pas exactement un exubérant ! Notre culture a ses qualités et ses défauts. Mais les deux se ressemblent sur la passion environnante. Dans les deux cas, il y a une ville et une région qui soutient son club. Ce qui change c’est que, malgré les finales perdues, les supporters de Clermont ont toujours soutenu leur équipe. Ils ont continué à croire en elle.

Ces deux clubs ont cultivé de sérieux antagonismes, à l’époque où vous étiez à Perpignan…

C’est tellement loin ! Heureusement pour Clermont, malheureusement pour l’Usap, ils ne jouent plus dans la même cour. Perpignan a manqué son virage pendant que l’ASMCA a continué de grandir. À tous les niveaux. L’ASM est le club d’une ville de culture ouvrière, travailleuse et très humble. Àcette image, le club a su construire.

En quoi votre relation avec Franck Azéma a évolué depuis 2010, que vos chemins s’étaient séparés ?

La relation des hommes est restée la même. C’est le statut qui a changé. Franck est le patron du sportif. Je suis à sa disposition, à son écoute et à ses ordres.

Quelle sera la patte Goutta ?

L’équipe est championne, ce n’est pas dû au hasard. Beaucoup de choses fonctionnent déjà très bien. Ce qu’on va chercher, c’est d’accroître notre vitesse. C’est le critère principal du très haut niveau. Il faut améliorer la vitesse d’exécution sur tous les gestes du rugby. Il y a aussi un focus sur notre défense, qui a fini 9e du Top 14 l’an dernier. Ce sont des réglages de système, qui seront mon premier chantier. Ensuite, la relation entre les hommes entrera en compte pour les transcender.

Comment vous êtes-vous réparti le travail avec Didier Bès ?

Didier anime les séances de mêlée. Mais j’y assiste et s’il a besoin de moi, je suis à sa disposition. Idem dans l’autre sens, sur les séances que j’anime sur la touche, les rucks et la défense et lors desquelles il peut intervenir. C’est la grande force de ce club. Tout est partagé et transparent. Le suivi du joueur est complet, tout est filmé. Le staff est dans un échange constant pour ne rien rater. ça paraît anodin, mais c’est essentiel.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?