Perpignan - Bayonne : Rentrée explosive!

  • Perpignan - Bayonne : Rentrée explosive!
    Perpignan - Bayonne : Rentrée explosive!
Publié le , mis à jour

La première journée de Pro D2 offre un choc au sommet entre Perpignan et Bayonne. Le vainqueur marquera son territoire d’emblée dans la quête du Top 14.

Un faux air de Top 14, ni plus ni moins. L’antichambre de l’élite du rugby français n’a, semble-t-il, jamais autant ressemblé à sa grande sœur. Une affiche déplacée au samedi soir, une enceinte d’Aimé-Giral garnie comme à ses grandes heures, et deux prétendants à la montée qui se croisent dès la première journée. La Pro D2 format 2017-2018 s’apprête à nous livrer un échantillon de ce qu’elle fait de mieux. De quoi tenir en haleine le monde de l’Ovalie, deux mois et demi après ses dernières joutes. Si l’on pouvait croire que ce choc entre Basques et Catalans serait galvaudé en raison de la précocité de leurs retrouvailles, les matchs amicaux ont levé les doutes : Ces anciens colocataires du Top 14 ont affiché un niveau étonnamment précoce lors de la préparation. Quand l’un s’offrait le Stade français et le Leinster, l’autre venait à bout du Racing 92. Tout est dit, ou presque. Du côté de Perpignan, l’heure est à la concentration, sur fond d’impatience. « Ça fait deux mois que l’on se tire la bourre. Depuis que l’on connaît le nom de notre premier adversaire, on se dit qu’il va falloir être prêt. Physiquement et surtout mentalement. C’est ce qui va marquer le tempo de la saison », lance Romain Millo-Chluski. « Ça va piquer », prévient lui Alan Brazo. « Mais au moins on saura d’entrée si l’on est prêt ou pas. Bayonne va venir ici pour nous battre et s’imposer d’emblée comme le favori du championnat », poursuit le troisième ligne. La couleur est annoncée en Catalogne : l’Usap a l’occasion de prouver qu’il faudra compter sur elle cette saison. Après deux années de disette loin des phases finales.

Perpignan connaît le refrain

Si le contexte se voudra galvanisant dans les travées d’Aimé-Giral, sur le pré en revanche, nul doute qu’un vaste sentiment de pression pourrait envahir les têtes perpignanaises. « On sait qu’il y a beaucoup d’attente », résume Patrick Arlettaz. L’entraîneur des trois-quarts, arrivé la saison passée après un premier bloc chaotique, connaît toute l’importance d’une entame réussie pour s’éviter une course-poursuite éprouvante. Le maître à penser des lignes arrière ne se cache pas : s’il se refuse à parler de quitte ou double ce samedi soir, « Il y a une trahison sur laquelle on ne peut pas déroger », concède-t-il.« Bien sûr que le résultat contre Bayonne est très très important. On veut gagner à tout prix. » « C’est une équipe qui descend du Top 14, avec un effectif de qualité, des noms prestigieux comme entraîneurs. En plein milieu du mois d’août, à Perpignan un samedi soir, on a l’impression qu’il va y avoir du monde.Si on n’est pas excité à ce moment-là, il faut changer de métier », conclut Arlettaz.

Pression ou excitation ? Ou plutôt un peu des deux. Qu’importe, l’Usap ne devrait pas s’en faire : elle n’a plus perdu lors de la première journée du championnat depuis 2012 (contre Toulon, 16-21). Que le spectacle commence.

Par Emilien Vicens

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?