Carcassonne impose sa loi

  • Carcassonne impose sa loi
    Carcassonne impose sa loi
Publié le , mis à jour

Déjà au pied du mur avec la réception de Biarritz, Carcassonne n'a pas loupé son deuxième rendez-vous à Albert-Domec. Une victoire 16-3 qui permet aux Audois de lancer leur saison. Pour Biarritz, qui a déjoué, la soirée est à oublier.

Le résumé :

Dans un stade Albert-Domec encore marqué par la défaite inaugurale face à Massy, l'US Carcassonnne avait à cœur de se ressaisir face au Biarritz Olympique. Et exception faite de la première minute du match qui voyait le numéro 8 Manu percer au cœur de la défense jaune et noire, on ne peut pas dire que la défense audoise fut mise à rude contribution. Pourtant, les joueurs de Gonzalo Quesada monopolisaient le ballon en début de rencontre et Carcassonne se mettait à la faute à la 3ème minute. Face à un fort vent contre, Pierre Bernard, auteur de 24 pts face à Mont-de-Marsan, voyait son coup de pied fuir les poteaux. À l'image d'un premier acte brouillon, parsemé de très nombreux en-avants des deux côtés (10 au total) et d'un déchet important dans les phases de conquête, les deux équipes, malgré de bonnes intentions, n'arrivaient pas à mettre leur jeu en place. Bosch ouvrait le score à la 9ème minute, et Pierre Bernard répondait trois minutes plus tard. Il fallait attendre la 17ème minute pour voir un premier fait de jeu important, avec un carton jaune attribué au numéro 8 carcassonnais Vavae Tuilagi pour un plaquage haut sur le demi de mêlée basque Loustaunau. À quatorze contre quinze, Carcassonne arrivait toutefois à ne concéder aucun point, se permettant même de reprendre l'avantage à la 27ème minute (6-3, pénalité de Bosch).

Les Audois en quête de rachat accentuaient leur domination dans les dix dernières minutes de la première mi-temps, investissant davantage le camp biarrot et se montrant pressants près de la ligne d'en-but. C'est pourtant sur un ballon basque que les joueurs de la Cité arrivaient à créer le plus gros danger notable, avec l'essai de Lazzarotto qui permettait à Carcassonne de virer en tête de dix points à la mi-temps (13-3, lire ci-dessous).

Et la physionomie ne s'arrangeait pas pour Biarritz durant le début du second acte. Incapables de bonifier leurs ballons, les Basques pointaient à 13 pts de retard après une nouvelle pénalité de Bosch. Le pilier Lourdelet, nouvel entrant côté BO, devait quitter ses coéquipiers pour dix minutes alors que Biarritz était sanctionné en mêlée fermée. L'indiscipline, le mal de la soirée côté basque, tout comme le manque de tranchant lorsqu'ils avaient la possession... Carcassonne bien en place défensivement à l'image d'un Andrei Ursache, véritable poison dans les rucks, tenait bon à l'heure de jeu. Les hommes de Gonzalo Quesada se retrouvaient une nouvelle fois à quatorze avec un nouveau carton jaune pour Peyreblanques (70ème minute). La suite et fin se résumait à la grave blessure de l'ailier Antoine Viudes, et une incapacité chronique à menacer les lignes audoises,bien décidées à rester inviolées. Carcassonne était souverain sur ses terres et pouvait lancer sa saison.

 

Le fait du match : Un BO sans brio

Carcassonne nous avait habitués à bien mieux la saison dernière en terme de jeu développé et pratiqué. Cependant, il était autrement important de se rassurer sur les fondamentaux pour les hommes du duo Cidre - Nadau ce jeudi soir. Mais que dire du BO, demi-finaliste de la saison dernière et dont le visage paraissait bien lointain de celui d'une équipe désignée comme une sérieuse candidate aux phases finales cette année ? Auteur de près d'une dizaine d'en-avants, de nombreuses déficiences en touche (cinq ballons perdus) ou dans le secteur de la mêlée fermée ( sanctionné à plus de cinq reprises), Biarritz a passé une très sale soirée, perdant bien plus qu'un match puisque le BO se retrouvait amputé de ses deux ailiers du soir, Artru et Viudes tout deux sortis sur blessure. Le dernier a priori assez gravement ( genou touché). Après la lourde défaite de l'an dernier (32-9), les Basques n'y arrivent décidément pas à Domec.

 

L'action du match : L'essai de Lazzarotto à la fin de la première mi-temps

Après une touche basque mal négociée, et alors que la sirène avait retenti, l'USC reprenait le contrôle du ballon par Panizzo et Seron transmettait à Tuilagi. Ce dernier fixait les défenseurs au centre du terrain avant d'offrir une parfaite passe à hauteur à son ailier Lazzarotto venu dans la ligne. La flèche audoise effaçait l'arrière-garde basque et se retrouvait derrière la ligne d'en-but. Carcassonne virait avec une avance de dix points à la mi-temps (13-3). Un écart rédhibitoire pour le BO.

 

Les meilleurs :

À Carcassonne : Ursache, Civil, Lainault, Gimeno, Seron, Bosch, Bettencourt.

À Biarritz : Bastien, Guiry, Bernard.

 

Par Enzo Diaz

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?