Clermont : Timani certifié fer de lance

  • Clermont : Timani certifié fer de lance
    Clermont : Timani certifié fer de lance
Publié le , mis à jour

Titulaire surprise lors de la dernière finale, Sitaleki Timani demeure un des rares cadres de l'ASM sur lesquels son manager peut compter en deuxième ligne pour le défi toulonnais.

Vous rappelez-vous la dernière finale du Top 14 ? Difficile de l’oublier, pas vrai… Cette entame clermontoise supersonique, puis cette longue période de domination de Toulon dans un registre physico-physique, à laquelle les Auvergnats surent tant bien que mal résister, faute de génie – et de buteur… – dans le camp adverse. Le truc qui n’a peut-être pas été assez répété, au sujet de ce match ? C’est à quel point la perte de Sitaleki Timani sur K.-O., au bout de 25 minutes, avait pénalisé les Auvergnats. Et à quel point sa sortie avait coïncidé avec le début de la domination du RCT, tant le Wallaby s’était jusque-là démené pour lutter d’égal à égal avec les fiers à bras de Mayol. De quoi justifier, si besoin était, sa présence surprise décidée par Franck Azéma, bien conscient qu’en l’absence de Vahaamahina, Timani demeurait avec Fritz Lee un de ses uniques avants capables de rivaliser avec les colosses du RCT. « Je m’étais fait une entorse au genou un mois avant la finale, se souvient Timani. J’ai travaillé très dur pour revenir le plus vite possible et, avant la demi-finale, j’avais recommencé à courir. La semaine avant la finale, je me sentais de mieux en mieux mais honnêtement, c’était du 50-50. Franck est venu me voir et m’a demandé si cela pouvait tenir. À partir de ce moment, mon genou est allé encore mieux ! Malheureusement, au bout de 25 minutes, j’ai engagé ma mauvaise épaule sur un plaquage sur leur numéro 8. J’ai pris sa hanche plein fer, et c’était terminé pour moi… »

Retrouvailles avec Galthié

Le plus drôle ? C’est que, trois mois plus tard, la donne n’a guère changé. En l’absence de Vahaamahina, d’Iturria et de Van der Merwe, la deuxième ligne clermontoise est toujours aussi démunie. Et Franck Azéma contraint d’user jusqu’à la corde son Wallaby en l’attente de jours meilleurs. Sans que cela n’émeuve plus que de raison l’intéressé. « Vous savez, cela paraît bateau, mais je prends vraiment les événements les uns après les autres sans m’interroger sur le long terme. En tant que joueur, c’est notre boulot. La planification, c’est celui des coachs. On me demande de jouer, je joue. Et cela me va très bien. » Or, on se doute qu’à ce titre, ce match ne manquera pas de sel pour Timani, qui retrouvera outre le RCT son ancien entraîneur à Montpellier, Fabien Galthié. De quoi prévoir une rencontre moins « frontale » que la dernière finale ? L’Australien l’imagine en partie, sans pour autant se bercer d’illusions. « C’est un peu tôt pour le dire. Lorsqu’on a affronté les Toulonnais en match amical, je les ai un peu regardés. Défensivement, ce qu’ils proposent ressemblait beaucoup à ce que nous avions cherché à mettre en place avec Montpellier à l’époque de Fabien Galthié. Mais honnêtement, ce qui nous importe en vue de cette rencontre, ce n’est pas Toulon, que l’on connaît bien. Avant ce match, on veut surtout se concentrer sur notre jeu, notre conquête, notre défense. Et rester cohérent pendant 80 minutes, ce qui n’a pas été le cas à Bordeaux. »

« Croire en nos systèmes »

Un match dont les Auvergnats gardent en travers de la gorge au moins deux essais contestables attribués aux locaux, mais surtout une foule d’erreurs indignes d’un champion. « En première mi-temps, nous avons répondu présent sur les bases. Notre mêlée était performante, notre touche aussi. Le problème est qu’après la mi-temps, nous avons commencé à perdre quelques touches, à commettre des en-avant… Toutes ces petites erreurs ont permis à Bordeaux de tenir davantage le ballon que nous. » Et d’exploiter les failles d’une défense clermontoise dont les maux de la saison dernière ont fini par rejaillir. « C’est vrai que si notre attaque a été très performante la saison dernière, notre défense l’a moins été puisque nous étions la 9e du Top 14, pointe Timani. Du coup, le travail de présaison a logiquement été axé sur la défense, avec quelques petits réglages. Les systèmes ont un peu évolué, notamment autour des rucks où Bernard Goutta a apporté quelques petites modifications. Il ne reste plus qu’à y croire, et à les mettre en pratique efficacement en match. Je suis persuadé que nous pouvons y parvenir dès ce week-end face à Toulon. » Il vaudrait mieux, à vrai dire, tant on imagine mal l’ASMCA démarrer une saison post-titre par deux défaites…

 

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?