Caussade, entre complémentarité et complicité

  • Caussade, entre complémentarité et complicité
    Caussade, entre complémentarité et complicité
Publié le , mis à jour

Au terme d'une saison en demi-teinte, l'USC désore redorer son blason et atteindre son objectif majeur : la Fédérale 3.

Depuis des siècles, le chapeau est le plus digne ambassadeur de Caussade. L’industrie chapelière était pourtant née à cinq kilomètres de là, à Septfonds, au XIXe siècle. Dès le début du XXe, le rugby acquiert à son tour droit de cité. Des pionniers s’efforcent d’implanter le ballon ovale en Bas-Quercy, et un certain Belarbre, chapelier de profession, devient le premier mécène du club. Les guerres et les difficultés économiques empêchent l’USC de s’affirmer jusqu’à ce qu’Arnaud Marquesuzaa (international et triple champion de France avec le RCF en 1959, Lourdes en 1960 et Montauban en 1967) vienne en renfort pour dynamiser le club. À la fin du XXe siècle, Caussade connait la relégation en Troisième Division, puis en championnat régional Honneur.

Aujourd’hui, le club ne peut que consolider son avenir avec l’équipe de dirigeants bénévoles qui, saison après saison, œuvre pour son bon fonctionnement. Le rugby tient une place prépondérante dans la ville. Pour consolider ce fonctionnement, l’USC a conclu deux partenariats : le premier avec Bas-Quercy Rugby qui est un regroupement des écoles de rugby de trois clubs (Caussade, Septfonds et Saint-Antonin) qui permet d’accueillir plus de jeunes et ainsi de créer le vivier de demain ; le second avec Nègrepelisse qui consiste en la mise en commun des moyens, plus particulièrement l’encadrement, pour favoriser l’épanouissement des jeunes rugbymen cadets et juniors.

À l’orée de la saison 2017-2018, un nouvel organigramme a été mis en place qui voit s’installer à la présidence Jean-Marie Durand (consultant en management, ex-joueur d’Albi et ex-trésorier de la Fédération de triathlon), et à la vice-présidence Jean-Marc Rey (en charge du sponsoring, du partenariat et des festivités) et Laurent Betton (responsable commission sportive). Pour le président : « Le nouveau bureau s’appuie sur la création de cinq grandes commissions orientées sur le sportif, la logistique, les finances, l’administration et les festivités. Chacune d’entre elles est dotée d’une enveloppe budgétaire et d’une large autonomie. Ce qui permettra un fonctionnement efficient. »

Un recrutement ciblé et de qualité

La saison s’annonce importante au plan de l’obtention de résultats. Le groupe seniors sera encadré par un manager Alexandre Aymar (ex-Cahors) et deux entraîneurs Jean-Paul Berc (qui déjà coachait l’équipe 2) et Philippe Pujo (ex-Lauzerte). « Complémentarité et complicité, explique Jean-Marie Durand, vu les expériences antérieures ; ces deux qualificatifs sont le ciment d’une activité qui doit s’inscrire dans la durée. » Quant au recrutement, il est important avec l’arrivée de seize joueurs dont Lacroix (talonneur) et Dubuc (troisième ligne) de Cahors, Valette (pilier) et Combelle (deuxième ligne) du RC Montauban, Carles (pilier) de Castelsarrasin, et d’autres qui reprennent du service dont Malby (pilier) et Brassac (troisième ligne). Ce sang neuf devrait permettre de renforcer le jeu d’avants et la conquête pour nourrir les ambitions de la jeune ligne de trois-quarts formée au club et à fort potentiel.

Les objectifs ? Pour Jean-Marie Durand : « La saison 2016-2017 devait assurer le maintien en Honneur. 2017-2018 devra apporter un titre de plus à l’USC soit à l’échelon régional, soit au plan national. Il faudra envisager un retour en Fédérale 3 dès la fin de ce championnat, car telle est la place de Caussade au sein de la grande famille du rugby français. »

Par Christian STIERLÉ

Crédit photo USC

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?