Des sueurs froides pour Béziers

  • Des sueurs froides pour Béziers
    Des sueurs froides pour Béziers
Publié le , mis à jour

Béziers décroche un second succès dans son antre face à Aurillac grâce à une entame de feu en première période. Méconnaissables lors du second acte, les Biterrois ont relancé leurs adversaires qui viennent mourir à quatre points à la fin et repartent avec le bonus défensif.

Le résumé du match 

Quinze minutes de folie pour Béziers et un bonus offensif décroché grâce à trois essais marqués ! Une entame de feu qui a totalement glacé les Aurillacois du capitaine Maxime Petitjean, fébrile comme jamais face aux perches (deux échec à quinze mètres des perches). Absents des débats durant un quart d’heure fatidique, les visiteurs ont multiplié les plaquages ratés et les erreurs de jugement avant de relever la tête. En misant sur un jeu dans l’axe restrictif mais gagnant, qui amène la réalisation de la révolte. Un sursaut d’orgueil sans suite. Dominateurs, les Cantalous monopolisent le ballon, poussent leurs adversaires à la faute mais ne parviennent pas à scorer. Et les Héraultais font encore parler leur froid réalisme après la sirène pour mener 28-7 à la pause. Quelle démonstration d’efficacité offensive ! Mais Béziers aime se faire peur et va permettre à Aurillac de se relancer en réalisant une entame de second acte catastrophique. Les visiteurs marquent deux essais coup sur coup et se relancent totalement dans cette rencontre. L’ASBH commence à se faire peur et se met à déjouer. Désinhibés, les Cantalous jouent tous les ballons et obtiennent même une balle de match dans les dernières secondes. Malheureusement, un en-avant vient clore les débats. Béziers triomphe malgré une grosse frayeur et les Aurillacois repartent avec un bonus défensif mérité.

L’ESSAI DU MATCH

Béziers joue après la sirène et aggrave le score à la pause grâce à une inspiration de Julien Blanc. Le choix était risqué, car Béziers n’avait pas d’intérêt direct à jouer cette munition, mais au final le culot de son numéro neuf a fait la différence. Après plusieurs temps de jeu des avants au près, Julien Blanc décide de naviguer autour du ruck et s’infiltre dans un trou de souris. Au contact, il retrouve son demi d’ouverture côté intérieur qui n’a plus qu’à accélérer pour aller à l’essai.

L’HOMME DU MATCH

Thibauld Suchier, un buteur à 100%. Auteur d’un sans faute face aux perches et d’un essai, le numéro dix a inscrit seize points à lui seul. Très inspiré dans le jeu courant, il a sans cesse pesé sur la rencontre grâce à ses prises d’initiatives et d’espaces. Intelligent dans sa gestion, l’ouvreur a réalisé les bons choix au bon moment et s’est aussi montré très précis dans son jeu au pied courant. Un match presque parfait si on occulte cette dernière pénaltouche non trouvée à la fin, qui a offert une balle de match à Aurillac. Une erreur sans conséquence. Suchier a réalisé une prestation trois étoiles, à l’instar de son compère à la charnière, Julien Blanc et de l’arrière adverse Jack McPhee.

LES MEILLEURS

À Béziers : Suchier, Blanc, Gmir, Ramoneda, Viiga, Porical

À Aurillac : McPhee, Segonds, Amrouni, Briatte

 

Par Julien Louis

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?