La protection du 9 : vigilance accrue

  • La protection du 9 : vigilance accrue
    La protection du 9 : vigilance accrue
Publié le , mis à jour

Autrefois tolérée, la présence de joueurs devant le neuf afin de protéger ses coups de pied est désormais interdite. Obligeant ceux-ci à se joindre au ruck.

Ce n’est pas à proprement parler une nouvelle règle, simplement un point sur lequel les arbitres se montrent de plus en plus vigilants. On veut parler ici des attitudes de certains joueurs (généralement des avants) qui, en bordure des mêlée spontanées, servaient d’écran pour protéger leur demi de mêlée lorsque celui-ci souhait dégager le ballon au pied. Des obstructions manifestes que le législateur a décidé de ne plus laisser passer, au nom du respect de l’esprit du jeu. Voilà pourquoi, si des joueurs souhaitent protéger leur demi de mêlée avant un jeu au pied, ils ne peuvent le faire qu’en restant liés à leurs partenaires au sein de la mêlée spontanée. Une précision minime, qui a toutefois eu des conséquences. « Jusqu’à l’année dernière, les avants se posaient sur la bordure, du côté du «bon pied» de leur demi de mêlée, se mettaient en opposition pour empêcher les défenseurs de contrer, et voilà, nous confiait l’entraîneur principal du Lou Pierre Mignoni. Désormais, il faut tenir compte d’autres paramètres, à commencer par le nombre d’avants dont on dispose.» En clair ? Lorsque le demi de mêlée annonce à ses partenaires son intention de jouer au pied (la plupart du temps pour inverser la pression après un ballon cafouillé, c’est à celui-ci qu’incombe le rôle d’organiser sa protection. Le positionnement des avants évoluant en fonction de leur nombr. « S’ils ne sont pas nombreux deux au maximume, on va chercher à gagner de l’espace en plaçant les joueurs à la queue leu leu pour éloigner au maximum le ballon de la ligne de front et permettre au demi de mêlée de dégager. En revanche, si on est plus de deux, on peut essayer de gagner la largeur en faisant se lier trois ou quatre joueurs côte à côte, avec si possible les plus rapides sur l’extérieur.» Ce qui, outre le fait d’offrir une protection optimale, permet en outre de mieux préparer le premier rideau. En effet, une fois que le coup de pied du demi de mêlé a été tapé et que l’ailier a dépassé les avants, ceux-ci sont remis en jeu et peuvent monter. « À ce moment-là, il faut que ceux-ci «explosent» le plus vite possible pour couvrir un maximum de terrain sur la largeur.» Afn de retrouver le rideau dense que la «tolérance» des dernières saisons formait naturellement.

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?