Test de conduite pour Toulouse

  • Test de conduite pour Toulouse
    Test de conduite pour Toulouse
Publié le , mis à jour

Prometteuse et séduisante jusque-là, le Stade toulousain va découvrir un contexte beaucoup plus ingrat ce samedi. Un défi crucial à relever.

Jusque-là, tout va bien pour le Stade toulousain. Au classement, avec des points engrangés lors de chaque sortie, ce qui porte le total à douze après quatre journées. Dans le jeu aussi, avec l’ensemble des essais (douze) inscrits par des trois-quarts, et plus globalement des intentions ambitieuses. Enfin, au cœur même de l’effectif, avec une concurrence entretenue par les nombreux changements effectués chaque week-end et l’émulation qui en découle. « Malgré les satisfactions, le discours est de ne surtout pas se reposer dessus, affirme Antoine Dupont. On doit garder cette dynamique. C’est important pour la confiance et le moral. » Mise en garde reprise par son entraîneur Ugo Mola : « Il existe beaucoup de positif mais il faut garder la tête froide. Sur chacune de nos rencontres, j’ai vu de l’enthousiasme et de la capacité à mettre de la vitesse mais il y a aussi des périodes dans le match où il y avait beaucoup mieux à faire. » Surtout, ses hommes - même si le groupe a en partie été renouvelé à l’intersaison - savent d’où ils viennent, derrière un exercice traumatisant. Donc si le risque de décompression est pointé, il y a peu de chances qu’il se matérialise chez les stadistes.

Mola : « En terre hostile »

Pour autant, les Toulousains vont être confrontés à un nouveau contexte samedi. à présent, le Toulouse 2017-2018 s’est montré rassurant dans des environnements qui convenaient plutôt bien à son profil, face à des adversaires également entreprenants et avec des approches propices aux espaces sur le terrain. Là, ce sera différent. évidemment, les Rouge et Noir en sont conscients. Dès samedi dernier, quelques minutes après le succès contre Paris, Clément Poitrenaud, revenu au club notamment pour s’occuper des skills auprès des professionnels, a averti les troupes dans l’intimité du vestiaire. « Il a de suite parlé de sa peur que le rugby qui nous attend à Brive soit à l’opposé de celui qu’on venait de vivre », raconte Mola. Car le CABCL est entré en mode survie et doit absolument, pour mener son opération, retrouver son agressivité et la crainte qu’il inspirait aux visiteurs quand ils débarquent à Amédée-Domenech. « Je connais bien les lieux (il y a été entraînneur entre 2008 et 2012, N.D.L.R.) et nous serons en terre hostile. Le savoir est un fait, relever le défi du combat et de l’agressivité en est un autre », plaide Mola. Séduisante et aérée, sa formation entend cultiver ses convictions mais en saura davantage samedi soir sur sa capacité à répondre quand elle se trouve exposée en territoire ennemi. Mola prévient : « Chaque sortie correspondra à une confrontation différente et il n’y a pas de raison qu’on modifie notre logique actuelle de turnover dans le groupe. Mais on sait qu’on doit travailler et respecter les fondamentaux et les bases de ce sport. » à Brive, plus encore qu’ailleurs.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?