La sensation lyonnaise

  • La sensation lyonnaise
    La sensation lyonnaise
Publié le

Lyon a créé l'exploit en s'imposant sur la pelouse du Racing 92 (17-20). Une victoire aux forceps, marquée d'un froid réalisme et d'une défense héroïque.

Le résumé

Décidément, l'air parisien réussit bien aux Lyonnais. Après une victoire sur la pelouse du Stade français lors de la première journée du Top 14, le Lou a créé la surprise en s'imposant à Colombes face au Racing 92 (17 – 20). Une victoire malgré un début de match (10-0, 10e) et vingt dernière minutes totalement à l'avantage des Franciliens. Ce succès, les Lyonnais le doivent avant tout à leur réalisme. A l'exception d'une pénalité ratée par Frédéric Michalak (35e), chaque situation favorable (ou presque) a été concrétisée. La première suite à un cafouillage après une passe acrobatique et périlleuse de Nakarawa exploitée par Palisson (10-10, 30e). Puis, en tout début de seconde période grâce à un essai plein de punch de Toby Arnold (20-10, 42e). Ensuite, le Lou a démontré sa capacité à défendre sur de longues séquences de jeu. Sans jamais ne rien lâcher. Même réduit à quatorze (carton jaune de Fourie à la 75e) et alors que les Racingmen étaient revenu à trois points grâce à un essai transformé signé Imhoff, les Lyonnais ont fait preuve de solidarité et affiché une organisation défensive très efficace.

 

Le plus bel essai

Chris Masoé, assis avec tout l'aéropage technique du Racing 92 en a crié de joie. Devant lui, Ronan O'Gara a bondi pour applaudir. Et pour cause. Le premier essai du Racing 92 est un petit bijou. Une de ces sucreries qui vous réconcilie avec le rugby en ces temps un peu troubles. A l'origine de cette réalisation, Juan Imhoff, parti de ses 22 mètres, a remonté le terrain sur plus de quarante mètres avant de servir à son intérieur Teddy Thomas. L'ailier racingman repris par la défense, le soutien offensif s'est montré efficace, permettant à Teddy Iribaren de rapidement écarté vers Virimi Vakatawa. Une passe de plus vers Louis Dupichot qui jouait magnifiquement bien son deux contre un. Et Wenceslas Lauret inscrivait le premier essai de la rencontre (10e).

 

L'homme du match

Paradoxalement, l'homme du match n'est pas Lyonnais. Celui qui a éclaboussé la rencontre de sa classe, de son élégance et de sa pointe de vitesse aussi redoutable que déconcertante, c'est l'arrière du Racing 92 Juan Imhoff. L'international argentin s'est montré décisif sur le premier essai de son équipe, réalisant une relance de ses 22 mètres dont il a le secret. C'est également lui qui a inscrit l'essai de l'espoir à la 58e minute de la rencontre. Bref, à chacune de ses prises de balles, il a créé le danger dans la défense lyonnaise. Malheureusement, il a sans doute manqué de munitions pour offrir la victoire à son équipe.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?