Mont-de-Marsan dans la douleur

  • Mont-de-Marsan dans la douleur
    Mont-de-Marsan dans la douleur
Publié le / Mis à jour le

Le Stade Montois s’est fait peur jusqu’au bout (17-16) face à des Aurillacois très difficiles à manœuvrer.

Résumé

C’est le suspense qui aura prévalu, car pour le reste, il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent dans cette confrontation entre des Montois pas du tout à l’aise dans leurs baskets et des Aurillacois qui ont tenté en permanence de brouiller les cartes. Après une première période d’une rare indigence, les Landais se réveillaient au retour des vestiaires et pensaient avoir fait le plus dur quand ils marquaient enfin par Wakaya et que sur le renvoi Maïtuku écopait d’un carton jaune. Mais au contraire, les Cantalous marquaient sur un contre rondement mené puis prenaient la tête à dix minutes du terme (14-16). Quand James manquait la cible à cinq minutes de la fin, on pensait alors les Montois coulés. Mais grâce à un énorme groupé pénétrant, ils donnaient à leur buteur l’occasion de reprendre la tête à la 78e minute. Cette fois-ci, James trouvait sa cible (17-16). Décidément très fébriles, les Montois cafouillaient néanmoins la réception du renvoi et se mettaient à la faute juste avant la sirène. À 40 mètres en face des poteaux, Joris Segonds manquait l’occasion d’offrir aux Aurillacois une première victoire en déplacement.

Le fait du match

Dans une soirée compliquée, les Montois, fébriles, approximatifs et peu inspirés auront au moins eu une vertu, celle d’avoir su s’arracher pour retourner une situation très mal engagée. Leur soulagement au coup de sifflet final était à la hauteur de la peur de perdre qui les a étreints lors de la dernière pénalité de l’ouvreur aurillacois. Mais le coup est passé très près.

Le plus bel essai

Alors que les Montois étaient en position de marquer, Romain Cabannes se défaisait du ballon au pied à l’entrée des vingt-deux mètres adverses. Aurillac lançait immédiatement la contre-attaque avec ses deux ailiers, un relais de Maninoa et une conclusion au milieu des poteaux de Tusitala.

L'homme du match

S’il faut retenir dans les rangs montois un joueur qui a surnagé dans la grisaille, l’hereux élu se nomme Wakaya. Le centre fidjien est à l’origine et à la conclusion du seul essai montois et c’est, avec Dorian Laborde, un des rares à avoir porté le danger dans la défense aurillacoise.

Les meilleurs

À Mont-de-Marsan : Wakaya, Tastet, Laborde, Astle, Garrault
À Aurillac: Tusitala, Boisset, Roussel, Fourcade, Mac Phee

Par Pierre Baylet

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir