Aurillac respire

  • Aurillac respire
    Aurillac respire
Publié le / Mis à jour le

Les Aurillacois se sont fait peur, mais se sont sortis de la menace Nevers pour l'emporter finalement sur le score de 33 à 23 après une fin de match complètement folle.

RESUME

Les Aurillacois ont eu chaud vendredi soir à Jean-Alric. Menacés par Nevers jusqu'au bout, ils sont pourtant passés à deux doigts du bonus offensif. Des Aurillacois débutaient la rencontre en se faisant une grosse frayeur. Paul Boisset empêchait Lucas Blanc de marquer un essai après seulement dix secondes de jeu, suite à une mauvaise appréciation locale sur le coup d'envoi. Le temps de se mettre la cervelle à l'endroit et les coéquipiers de Maxime Petitjean enclenchaient la marche avant. Sur le deuxième lancer en touche, Boisset ouvre au large. Deux temps de jeu plus tard, ce même Boisset perce le premier rideau et sert Jone Waqaliva main-main. L'ailier aurillacois fait la différence et met sur orbite Robert Lilomaiava qui va aplatir en coin (5-0, 6e). Des locaux appliqués et disciplinés qui vont ajouter trois points supplémentaire par Petitjean (15e) avant que Lilomaiava ne double la mise côté essai. Encore un lancement sur touche. Deux temps de jeu plus tard au large, Petitjean retrouve Waqaliva sur l'intérieur. Ce dernier fait encore la différence et transmet à Utu Maninoa qui échoue à cinq mètres. Mais Lilomaiava a bien suivi pour aplatir en filou (13-0, 17e). C'est alors que la machine aurillacoise se grippe et les fautes se multiplient. Mathieu Bélie en profite pour ramener les siens à portée (13-3, puis 13-6, 32e), avant de Petitjean ne redonne dix points d'avance sur la sirène et des 50 mètres s'il vous plaît (16-6).

Au retour des vestiaires, les Aurillacois vont pilonner les 22 nivernais durant huit grosses minutes. Mais pas moyen de franchir ce mur jaune et noir pour aller à Dame. Un effort hors norme de l'Uson qui volera pourtant en éclat sur un ballon de relance suivi d'un gros coup du sort. Mathieu Bélie se fait contrer dans les 22 par Merab Sharikadze. Les caprices du ballon ovale seront alors favorables au centre aurillacois qui inscrira le troisième essai cantalien (23-6, 49e). On se dit qu'Aurillac vient de se faciliter la tâche. Mais c'est sans compter la ténacité des Neversois. Tout d'abord avec Julie Kazubek qui viendra conclure une énorme interception de Josaia Raisuqe. 26-13 à la 54e, il y a de la marge avant que la fin de match ne vire en gros suspense. 75e minute, Raisuqe arrache un ballon dans ces dix mètres, casse trois placages et perce sur la moitié du terrain avant de servir Autagavaia qui marquera l'essai de l'espoir. 26-23, pas le temps de trembler pour Aurillac que Boisset file sous les poteaux inscrire l'essai de la gagne sur la sirène. 33-23 (79e), on croit le match terminé mais Aurillacois comme Neversois tenteront, durant plus de trois minutes, d'aller chercher le bonus offensif pour les locaux, le défensif pour les autres.

L'ESSAI DU MATCH

Auteur de deux essais dans cette rencontre, le centre aurillacois Robert Lilomaiava s'est fait plaisir, notamment sur le premier essai dès la 6e minute. Une action rondement menée après une touche sur les 40 neversois. Paul Boisset lance les hostilités puis se retrouve au sortir d'un ruck, deux temps de jeu plus tard, pour passer entre les gouttes de premier rideau et servir Jone Waqaliva main-main. Ce dernier fait la différence et envoie Robert Lilomaiava inscrire le premier des quatre essais Aurillacois vendredi soir.

LE TOURNANT DU MATCH

Le coup d'envoi. Le sort de la rencontre aurait pu être tout autre si, dès le coup d'envoi, Lucas Blanc ne se fait pas reprendre par Paul Boisset sur les cinq mètres aurillacois alors qu'il filait à l'essai. Suite à une mauvaise appréciation, il récupère le ballon, joue au pied pour lui-même, et fait un petit pont à Utu Maninoa au passage. Au final, en avant. On jouait à peine depuis dix secondes.

Par Jean-Marc Authié

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir