Colomiers joue à se faire peur

  • Colomiers joue à se faire peur
    Colomiers joue à se faire peur
Publié le , mis à jour

Colomiers a redressé la barre après sa défaite à Mont-de-Marsan en s'imposant contre Aurillac (18-13). Ce succès permet à la Colombe de rester sixième au classement. Les Haut-Garonnais ont assuré la victoire après le premier quart d'heure, mais ils ont tout de même balbutié leur rugby par moments. Pour Aurillac, le bonus défensif acquis n'est pas vain. Les Cantaliens pourront regretter toutefois leur manque de réussite au pied.

Le match

Les deux équipes auront offert une première mi-temps avec des intentions mais également beaucoup de déchet dans le jeu courant ainsi que dans le domaine de la conquête. Et à ce petit jeu-là c'est Colomiers qui se sera montré le plus opportuniste et réaliste. Il fallait pas moins de trois minutes pour voir les Haut-Garonnais aller derrière la ligne d'en-but par Nicolas Plazy. Au départ le demi d'ouverture Maxime Lafage tapait une chandelle et le jeune arrière aurillacois Thomas Salles déjà en difficulté la semaine précédente relâchait le ballon à la retombée. Le futur Bordelais Nicolas Plazy saissisait le ballon pour s'offrir une course de trente mètres et inscrire le premier essai de la rencontre, son huitième de la saison. Lafage ne transformait pas (5-0). Aurillac réagissait par une pénalité de Segonds à la 6ème sur sa deuxième incursion dans le camp columérin (5-3). Colomiers profitait d'une nouvelle erreur de Salles à la 8ème minute pour prendre un peu plus le large. L'arrière se faisait contrer un coup de pied par Henri Taefu bien monté sur lui. Cette fois-ci Lafage ne loupait pas la mire (12-3). Le reste de la mi-temps se résumait à un gros temps fort columérin de plus de sept minutes entre la 20ème et la 27ème. Un temps fort non concrétisé malgré plusieurs ballons portés et charges de Costa Repetto, Timani, ou encore Bézian. Le talonneur argentin se voyait notamment refuser un essai à la 25ème. Du côté aurillacois, il fallait attendre la 38ème minute pour voir une première attaque tranchante avec la paire de centres Luatua – Lilomaiava. Mais le ballon était perdu sur un en-avant. Joris Segonds, le dix cantalien se montrait lui peu efficace dans l'exercice des tirs au but avec deux pénalités manquées à la 11ème et après la sirène à la 42ème.

Au retour des vestiaires, Maxime Lafage faisait gonfler le score d'une pénalité à la 46ème (15-3) tandis que Joris Segonds loupait une troisième pénalité à la 50ème. Aurillac s'en remettait à sa ligne de trois-quart pour revenir dans le match. Jean-Philippe Cassan allait sous les poteaux en sortie de mêlée et relançait les Auvergnats avec la transformation réussie de Segonds (15-10). Les partenaires de Romain Briatte écartaient la menace columérine à la 58ème avec un contest du demi de mêlée Paul Boisset. Ils se permettaient même de contrarier les Haut-Garonnais en mêlée fermée. Segonds n'en profitait pas à la 61ème pour un quatrième coup de pied vendangé et 12 pts laissés en route. Aurillac revenait cependant à deux points avec une pénalité reussie de Salles à la 66ème (15-13). Lafage redonnait un peu d'air à dix minutes du terme des débats avec trois points rajoutés en face des poteaux (18-13). Le futur Rochelais ne réussissait toutefois pas à priver Aurillac du bonus défensif à la 79ème en coin.

Avec cette victoire, Colomiers reste accroché au peloton de tête et se retrouve à hauteur de Biarritz et à deux points de Grenoble. Aurillac enchaîne une deuxième défaite d'affilée, et rétrograde d'une place (13ème). Le visage affiché en défense notamment ce vendredi soir laisse augurer du mieux pour la réception de Béziers.

 

Le fait du match : Des approximations à foison

Des passes non captées, trop fortes ou imprécises à l'image de celle de Salles à la 20ème pour Aurillac, des croisées mal négociées à l'image de celle de Colomiers à la 73ème qui débouchera sur un en-avant, les deux équipes ont vraiment eu du mal à mettre en place leur rugby ce soir. Des trois essais inscrits sur la pelouse de Bendichou, un seul a été construit. Il est l'oeuvre de Jean-Philippe Cassan. Il faut souligner l'opportunisme columérin du premier quart d'heure, important dans le résultat final. Ainsi que le déchet au pied de Joris Segonds, 12 pts laissés en route.

 

Les meilleurs :

à Colomiers : Timani, Faleafa, Macovei, Bézian, Lafage, Plazy , Taefu.

à Aurillac : Briatte, Lebreton, Granouillet, Nouhaillaguet, Boisset, Cassan.

 

Par Enzo Diaz

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?