Que de satisfactions !

Au terme d’un match abouti de ses hommes, David Darricarrère est revenu sur un début de tournoi satisfaisant. mais le plus dur reste à venir...

Pour leur deuxième victoire en autant de rencontres, les Bleuets ont une nouvelle fois surclassé leurs adversaires. Dominant dans tous les secteurs, il faut attendre l’heure de jeu pour voir les Français baisser en régime, laissant quelques failles exploitées par leurs adversaires. Une période qui correspond à l’entrée, puis la sortie rapide sur blessure de Jules Gimbert. Avant cela, l’équipe de France s’était montrée intransigeante, en encaissant aucun point. « On voulait passer un palier sur ce match. Contre l’Irlande, on manquait de confiance et d’ambitions », explique David Darricarrère entraîneur de cette équipe. « On doit encore progresser sur quelques points. Il faut qu’on soit plus agressif en défense, meilleur dans l’alternance du jeu, et qu’on gomme cette baisse de régime qui pourrait nous coûter très cher contre des grosses nations. »

Si pour le staff, l’objectif était de progresser afin de préparer la prochaine Coupe du monde, les joueurs eux, ont d’abord très envie de gagner ce Tournoi autour d’une philosophie de jeu basée sur l’enthousiasme, et le plaisir. Au sein d’un effectif qui va continuer à subir une rotation, David Darricarrère détaille également : « Nous souhaitons continuer de superviser un maximum de joueurs sans que cela n’impacte sur le niveau global de l’équipe. » Alors qu’ils n’ont eu qu’une seule semaine pour préparer le Tournoi, les Bleuets disposent désormais de 15 jours pour préparer la prochaine rencontre face à l’Italie. Certains joueurs vont profiter de cette période pour retourner dans leurs clubs de Top 14, et de Pro D2 pour rester dans le rythme.

De ces deux premiers matchs, le staff retient de nombreuses satisfactions. D’abord, la charnière Coville-Ntamack, qui « commence à trouver ses repères » mais également la paire de centres Barrassi-Seguret qui s’est montrée très en jambe vendredi à Cumbernauld. La bonne surprise provient des deux piliers, Hassane Kolingar du Racing 92, et le Briviste Demba Bamba. « Ce sont deux joueurs à fort potentiel, on risque de les voir rapidement dans le championnat. Ils ont envie et ils se donnent les moyens d’atteindre le très haut niveau. » Le joueur du CAB a déjà disputé deux fois 30 minutes contre Montpellier et le Stade rochelais, tandis que le Francilien n’a pas disputé de match avec l’équipe première.

Les meilleurs pour la fin

Si les Bleuets ont marqué les esprits en prenant 10 points en deux matchs, David Darricarrère reste lucide concernant la suite de cette compétition. Selon lui, les trois dernières équipes, l’Italie, l’Angleterre et le Pays de Galles seront les plus coriaces. « Attention aux Italiens. Ils disposent de leur meilleure génération de U20 ans depuis plus de 10 ans. » S’ils n’ont pris qu’un point sur leurs deux premières rencontres, les Transalpins ont chahuté les Irlandais chez eux en s’inclinant de seulement 4 points. Enfin, le XV de la Rose et du Poireau, restent les deux dauphins des Bleuets. Les deux derniers matchs de l’équipe de France contre l’Angleterre, puis au pays de Galles ont déjà une saveur de finale. Avant cela, il faudra d’abord faire le plein contre l’Italie au stade Jean Laville de Gueugnon.

Par Baptiste Barbat