Massy, les nerfs solides

  • Massy, les nerfs solides
    Massy, les nerfs solides
Publié le

LES MASICOIS ONT REMPORTE CE MACH CAPITAL EN RESISANT AU RETOUR D’ANGOULÊME EN FIN DE MATCH.

Le résumé

Les Massicois ont su resserrer leurs boulons pour ne pas laisser échapper leur succès. Alors qu’ils comptaient quatorze poins d’avance, deux accélérations collectives des Angoumoisins les ont mis à mal en fin de match. Sur la première, les Franciliens ont reculé de cinquante mètres, et leur défense a cédé à la suite d’une mêlée à cinq mètres. Lucas Méret a parfaitement joué un coup de pied à suivre pour son ailier Brice Labadie. Sur la seconde, les Massicois se sont mis à la faute, et Lucas Méret a enquillé. Il restait cinq minutes à jouer, Angoulême avait le vent en poupe, et Massy ne disposait plus que de six points d’avance. Les Massicois se sont repris pour accélérer à leur tour, et fournir à leur buteur Thomas Girard une dernière pénalité pour sécuriser leur succès. L’arrière francilien ne s’est pas manqué (76e), et Massy est parti tranquillement vers la fin de la rencontre, pour récolter quatre points précieux.

Le tournant

Il a eu lieu à la 57eme minute, à la suite d’une relance de Geoffrey Sella. Le centre de Massy venait de récupérer une balle dans ses 22 mètres, à la suite d’un en avant d’Angoulême. Il a accéléré et déposé le rideau défensif angoumoisin, qui s’est mis à la faute quarante mètres plus loin. Le centre Leduc Mau est venu disputer le ballon dans un ruck en position de hors-jeu. Il a récolté un carton jaune logique. En supériorité numérique, les Massicois ont choisi de se rapprocher de la ligne plutôt que de prendre les points au pied. Après la prise de balle en touche, ils ont impulsé un mal et une séance de pick and go. Au milieu d’un ruck, Christophe Desassis est passé subtilement au coeur de l’amas de joueur dans la défense mal placée pour filer sous les poteaux inscrire son deuxième essai de la soirée. Thomas Girard a transformé, et Massy a pris quatorze points d’avance (20-6).

L’essai du match

Il a été inscrit en début de match par le capitaine Christophe Desassis, qui s’est affalé dans l’en-but d’Angoulême à la suite d’une mêlée à cinq mètres de laquelle il s’est extrait (11ème). Massy venait de produire une action d’envergure. A la suite d’une belle combinaison après une touche, les Franciliens avaient remonté soixante mètres de terrain, mais sans parvenir à conclure une très longue de séance de défi physique une fois arrivés à cinq mètres de la ligne. Les Franciliens ont récolté une pénalité sur cette phase de jeu. Ils ont choisi de la convertir en mêlée. Choix payant. Desassis a jailli, et Massy a pris les commandes de la partie (7-0). 

L’homme du match

Compte tenu des absences de Julien Delbouis (sélectionné avec l’équipe de France des moins de 20 ans) et de Baptise Delage (blessure au genou), l’ailier Lester Etien avait été déplacé au centre de l’attaque de Massy. C’est peu dire qu’il a fait de ce positionnement un nouveau moyen d’expression de sa puissance. Pendant toute la première mi-temps, alors que la défense d’Angoulême avait tendance à prendre le dessus sur les offensives de Massy - un nombre important de placages offensifs - Lester Etien est le seul des Massicois, avec son capitaine Christophe Desassis, qui a gagné tous ses duels. A chacune de ses prises de balle, alors que son équipe reculait sans cesse, Massy a avancé. Une grosse prestation - encore - du futur joueur du stade Français. 

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?