Slade, dans tous ses états

  • Slade, dans tous ses états
    Slade, dans tous ses états
Publié le , mis à jour

Le demi d'ouverture néo-zélandais s'est montré prépondérant dans le succès historique de la Section paloise à Castres samedi (27-29). Une prestation décisive, faite de quelques bas et de beaucoup de hauts qui en appelle d'autres alors que Pau intègre pour la première fois de la saison le Top 6.

"Il a été plutôt en réussite et inspiré sur son jeu au pied. On sait qu’il n’est pas toujours dangereux, mais il sait s’engager très vite si il sent que ça dort en face. C’est un grand joueur, et en principe les grands joueurs ne se trompent pas beaucoup." Le compliment  vient de Christophe Urios, le manager de Castres qui a assisté aux premières loges samedi soir à la prestation trois étoiles de Colin Slade. Positionné à l’ouverture en l’absence de son compatriote Tom Taylor, le Néo-Zélandais a livré un match à même de ne laisser personne indifférent. Malgré un premier échec sur une pénalité paloise à la 4ème minute, une passe interceptée à la 38ème minute par le talonneur du CO Marc-Antoine Rallier, Colin Slade ne s’est pas laissé abattre. 

Avoir un joueur de cette classe avec nous, ça permet de décanter pas mal de situations. (Julien Thomas)

À la 10ème minute, après une touche castraise mal négociée, le double champion du monde recevait le ballon de Thibault Daubagna après une avancée de Baptiste Pesenti. La suite ? Une accélération incisive et un superbe raffut main gauche sur Baptiste Delaporte, qui lui rend pourtant 20 kg, puis un autre sur Armand Battle pour un essai sublime. Auteur de presque la moîtié des points (14) de son équipe , décisif sur trois essais sur quatre, il n’a pas rechigné à la tâche defensivement (16 plaquages). Funambule après une passe de Jamie Mackintosh sur l'action du deuxième essai palois, adroit sous les ballons hauts comme sur la troisième essai palois, le All Black aux 21 sélections a illuminé les yeux des spectateurs du stade Pierre-Fabre par sa vista.

 

De quoi recevoir les éloges de ses coéquipiers de la Section et de son manager Simon Mannix tout heureux de le compter parmi eux. 

"Il est en forme internationale depuis deux, trois matchs, qu'ils soient placés à l'arrière ou à l'ouverture il performe.  Avoir un joueur de cette classe avec nous, ça permet de décanter pas mal de situations." Remplaçant au coup d'envoi, et auteur d'un essai, Julien Tomas a apprécié l'éclat de la prestation de son numéro dix. Avec un tel joueur, Pau peut se mettre à rêver. 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?