Les erreurs qui coûtent chers à Toulon

  • Les erreurs qui coûtent chers à Toulon
    Les erreurs qui coûtent chers à Toulon
Publié le , mis à jour

Les arbitrages vidéo n’ont pas servi Toulon : la faute d’appréciation sur l’intervention de Simon Zebo dans l’en-but peut notamment nourrir la frustration des Varois. Mais la faute la plus dommageable du jour, pour le RCT, n’est pas à reprocher à l’arbitre.

J’espère que Nigel Owens ne sera pas le meilleur joueur du Munster. » Cette énième provocation d’avant-match de Mourad Boudjellal a rapidement trouvé un écho, du côté de Thomond Park. Dès la 45e seconde et une lutte dans l’en-but entre Ashton et Zebo, l’arbitre-star du rugby international s’est retrouvé au cœur de l’action et au centre du débat. Enfin, surtout son compatriote, Jon Mason, assis devant sa télé dans le car régie. Vingt-sept minutes plus tard, la partie était de nouveau interrompue afin de visionner une nouvelle séquence confuse, cette fois dans l’en-but varois.

Point commun aux deux arbitrages-vidéo : ils se sont révélés défavorables aux Varois. Le sujet a inévitablement nourri la frustration des vaincus du jour. « L’homme du match : TMO », balançait Fabrice Landreau sur les réseaux sociaux quand Mathieu Bastareaud et Fabien Galthié contenaient péniblement leur dépit face caméra : « Nous n’avons pas été heureux avec toutes les décisions », commentait le capitaine ; son manager se montrait un tantinet plus contestataire : « L’arbitre vidéo a été très performant mais pas pour nous car il y a un essai refusé à Chris Ashton et un autre accordé à Conor Murray… Il faut l’accepter mais ça se discute. »//////////////// Sur Twitter, la vox populi donnait majoritairement tort aux officiels quant au premier jugement. L’Irlandais Brian O’Driscoll en convenait, argument à l’appui : « La décision de ne pas donner un essai de pénalité à Toulon et un carton jaune à Zebo lors de la première minute de jeu est choquante. Il est très difficile d’attraper le ballon d’une seule main. Zebo savait exactement ce qu’il faisait. Nigel Owens n’a pas l’habitude de prendre de mauvaises décisions. » Cette appréciation erronée a assurément marqué un tournant et peut légitimement frustrer les Toulonnais.

Trinh-Duc comme à Cardiff

Mais l’erreur la plus manifeste de la rencontre n’a probablement pas été commise par Nigel Owens ou Jon Mason. Car après tout, même avec ces décisions défavorables, le RCT se trouvait en position de l’emporter à cinq minutes de la fin. La véritable faute de goût est alors intervenue : en ne trouvant pas la touche sur une sortie de camp, François Trinh-Duc a précipité la chute des siens. Une petite imprécision aux grandes conséquences : sur son aile, Andrew Conway parvenait à se saisir du ballon, profitait de la montée défensive pour le moins hasardeuse de Josua Tuisova puis débordait le numéro 10 et Chris Ashton pour aplatir au milieu du terrain. Fabien Galthié en soufflait de dépit, après coup : « Il y a ce passage où tu fais le dos rond, tu récupères le ballon, tu manages une sortie de camp plus ou moins rapidement alors qu’ils encaissaient psychologiquement cette perte de balle. Quand il y a ce turnover, tu sais que ce n’est pas gagné mais tu reprends l’ascendant. Mais ça n’a pas duré. Peut-être qu’on ne s’est pas donné le temps de relever tous nos joueurs pour avoir une montée cohérente sur ce jeu au pied. La touche n’est pas trouvée et notre ailier Josua Tuisova se trompe. Il commet une erreur, cela arrive. »

Ou quand une approximation en amène une autre. Deux semaines après avoir vu la pénalité de la gagne fuir les poteaux à Cardiff, François Trinh-Duc a encore craqué dans les instants clés d’une rencontre couperet en terres britanniques. Jusqu’alors auteur d’une bonne entrée avec deux coups de pied réussis et un passage de bras décisif sur l’essai de Chris Ashton, le demi d’ouverture a failli au plus mauvais moment. Celui-là même où un ouvreur de 31 ans aux 66 sélections est justement censé réaliser le geste juste…

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?