Condamnés à l’exploit

  • Condamnés à l’exploit
    Condamnés à l’exploit
Publié le , mis à jour

A deux journées de la fin de la phase régulière, la rochelle n’est pas qualifiable. Les maritimes doivent s’imposer à toulouse pour espérer disputer les phases finales. Si brillants en début de saison, les hommes de collazo doivent retrouver leur cohésion et leur allant collectif, égarés.

«Mais qui peut arrêter La Rochelle ? » Début avril 2017, Midi Olympique consacrait un dossier résolument flatteur à la toute nouvelle place forte du Top 14. En un an, les Maritimes ont connu tant de bonheurs et d’honneurs : un titre officieux de champion de la phase régulière, une invitation dans le dernier carré de la petite Coupe d’Europe, un billet pour le Stade de France envolé dans les derniers instants d’une demie dantesque ou encore une première accession au sein du grand huit européen sont venus acter sa nouvelle dimension. Mais un an après son ascension, une nouvelle question se pose au sujet des Maritimes à l’approche des phases finales : « Qu’est-ce qui peut sauver La Rochelle ? »

Depuis le début de l’année, la belle aventure a progressivement perdu de sa superbe : les Charentais ont gagné seulement quatre de leurs treize rencontres en 2018 avec, au passage, une élimination par les Scarlets en Champions Cup et une dégringolade en championnat, de la première à la huitième place. Le revers face à Toulon en février (20-27) avait servi d’avertissement. La rechute face à Castres (18-26), début avril, a confirmé le mal-être du moment et a surtout précipité les Jaune et Noir dans la deuxième partie de tableau, à trois longueurs de la sixième place. « Avant le match, nous avions des cartes avec un jeu plutôt intéressant. Maintenant, la donne n’est pas très bonne », reconnaissait Patrice Collazo après cette très coûteuse défaite. Ses hommes se retrouvent désormais dans l’obligation de remporter leurs deux dernières rencontres pour espérer doubler Castres, Lyon ou Pau.

Les joueurs face à leurs responsabilités

A Toulouse, ce dimanche, ils sont condamnés à l’exploit pour espérer un dénouement favorable devant le Stade français. Leur salut passe par une prestation digne des standards européens de l’automne après des semaines de confusion et de cafouillis. Leurs supporters sont tiraillés par cette interrogation : à Ernest-Wallon, Victor Vito et ses partenaires parviendront-ils subitement à retrouver leur allant, leur maîtrise, leur cohésion collective ? Toutes leurs forces d’hier devenues en somme faiblesses d’aujourd’hui. Castres avait su les exploiter à merveille : la dizaine d’en-avant, les sorties de camp hasardeuses, les limites maritimes dans le jeu d’occupation et les sauts de concentration avaient profité aux opportunistes tarnais. Deux semaines plus tard, Patrice Collazo attend de ses hommes un sursaut collectif. Dès le coup de sifflet final de la contre-performance, ils les avaient placés face à leurs responsabilités : « Cela fait déjà quelques mois qu’on ne s’entraîne pas très bien, qu’on n’arrive pas à faire les choses ensemble. Il y a un état d’esprit un peu disparate dans l’équipe. J’ai des individus qui prennent des initiatives, mais il y a très peu d’initiatives collectives. Et ça fait un petit moment que ça dure… On ne s’en sortira que par le collectif. On a toujours fonctionné comme ça. Là, on n’a plus trop la notion de sacrifice collectif. » Un message comme un sermon général : « On a oublié qui on était. On s’est fait dans le travail et dans l’humilité, il faut que ça reste comme ça… » L’avenir appartient plus que jamais aux joueurs : « à eux de savoir ce qu’ils veulent pour la fin de saison. »

Le Stade rochelais doit remettre les compteurs à zéro et tirer un trait sur les errements de la saison, sur les absences préjudiciables de Qovu et de Botia, sur les recrutements malavisés de Rene Ranger ou Ryan Lamb, sur les orientations au poste d’ouvreur ou encore sur la fatigue générée par la double conquête nationale et européenne. Malgré toutes ces embûches sur leur parcours, les Maritimes possèdent encore leur destin en mains. Les paroles prononcées par Patrice Collazo, à la mi-avril, trouveront peut-être un écho favorable à Ernest-Wallon chez Victor Vito, en dedans dernièrement, et ses partenaires : « L’avantage avec nous, c’est qu’en quinze jours, on est capable de tout. De ne remplir aucun critère en quarante minutes ou de remplir toutes les cases. C’était il y a longtemps, mais on l’a fait. Donc, on peut le refaire. » Les Toulousains, les premiers, savent qu’ils en sont capables. 

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?