• Les filles du bout du monde
    Les filles du bout du monde
Publié le / Modifié le
Féminines

Les filles du bout du monde

Pays de Brest, Le Stade Rennais ne sera plus le seul club breton exclusivement féminin la saison prochaine. Le RCFPB est né

Les clubs de Brest, Plouzané, Plabennec, du Pays de Morlaix et de Saint-Renan constituait une entente féminine depuis une dizaine d’années. Depuis jeudi soir dernier, ces joueuses du bout du monde se sont officiellement émancipées de leurs clubs de tutelles, par la création du Rugby Club Féminines du Pays de Brest (RCFPB). « Cette réunion de jeudi a permis de valider les nouveaux statuts et de lancer l’opération d’affiliation auprès de la Fédération. Le dossier sera soumis pour avis en amont à la Ligue de Bretagne, explique François Rolland-Piègue, l’un des inspirateurs et initiateurs de ce projet. Le comité départemental du Finistère, la ligue de Bretagne et son secrétaire général Philippe Morant - qui est aussi président du Stade rennais - les clubs et les élus des communes concernées nous soutiennent. Mais je dois souligner aussi la part prépondérante prise par Roland Piriou, le président de Plabennec, qui a beaucoup œuvré dans le projet. »

Un maillot Gwen A Du

Cette volonté d’exister de façon indépendante couvait déjà depuis quelques années. Les filles du Pays de Brest souhaitaient avoir leur propre identité sportive et ne plus dépendre des clubs où elles étaient licenciées. Elles s’en étaient ouvertes à leur entraîneur Jérôme Hergouarch. « L’idée d’avoir un projet club, avec un côté sportif (une accession en Fédérale 1 sous trois ans) médical, et social, est un formidable moteur », explique ce dernier. « Les filles se sentaient marginalisées », commente Guillaume Renault, vice-président de Plouzané. Pour Frédéric Davy, le président de Saint-Renan, « cette création constitue un aboutissement logique ».
Cette création ne fera pas disparaître pour autant les sections féminines existantes dans les clubs. Les écoles de rugby continueront à fonctionner normalement. Mais à 15 ans révolus, les jeunes filles intégreront la nouvelle structure associative Les cinq clubs concernés ont aussi décidé de ne pas demander d’indemnité de formation à leurs filles les quittant. Beau geste, qui va dans le sens de l’altruisme qui guide ses responsables. Et le problème du maillot a déjà été résolu puisque les filles portent déjà un super maillot noir et blanc aux couleurs de la Bretagne, frappé de l’hermine stylisée, emblème de la région Ouest depuis plusieurs années. Bienvenues à elles.

Par Didier LE PALLEC

midi olympique
Réagir