Le paradoxe Tichit

  • Le paradoxe Tichit
    Le paradoxe Tichit
Publié le

Le pilier de Castres est le plus brillant des piliers gauches tout en étant le joueur le plus sanctionné du Top 14. Charme éternel du rugby.

Antoine Tichit est désormais un solide « client » du Top 14, cinq saisons et 114 matchs au compteur. Chez les piliers gauches, il a donc terminé à la première place de notre classement des étoiles. C’est la récompense de son profil de pilier mobile et dynamique, souvent utilisé au près sur les premiers temps de jeu, mais aussi sur les séquences offensives car il a la passe des deux côtés.

Pourtant, Antoine Tichit apparaît aussi comme le joueur le plus sanctionné du championnat : 28 pénalités contre lui avant le dernier match. Il devançait d’assez loin le pilier d’Oyonnax Tommy Raynaud (23, mais celui-ci a été pénalisé cinq fois samedi soir.)

Comment expliquer ce destin paradoxal ? Le joueur paie sans doute les difficultés collectives de la mêlée castraise, surtout depuis le mois de janvier. Il est aussi un vrai pilier à la française, expert dans toutes les ficelles de l’exercice de la mêlée avec ce que ça comporte de roublardise, une façon de tester la vigilance de l’arbitre notamment pour voir jusqu’où il peut aller.

Il paye aussi mécaniquement son utilisation massive, Christophe Urios l’a titularisé à 23 reprises, il a joué 24 rencontres sur 26 possibles. Il paye aussi sans doute son activité supérieure à la moyenne, et sa capacité à rejoindre rapidement les regroupements et à s’engager sur les plaquages. À force de ferrailler, il s’expose à la faute.

À noter que les « statistiques » de Tichit sont dans le droit fil de celles de son club. Avant la dernière journée, le CO jouait la qualification pour les barrages avec une série de chiffres contre lui (goal-average négatif), deuxième équipe la plus sanctionnée, avant-dernière équipe en termes de réussite au pied. Mais le système Urios est plus fort que ça.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?