• Rouen  maigre avance
    Rouen maigre avance
Publié le / Modifié le
Super Rugby

Rouen maigre avance

Rouen n’était pas programmé pour être en demie en début de saison. Albi veut remonter où son histoire s’est écrite. Les deux formations se sont livrées un rude combat, Rouen en sort vainqueur mais pas rassuré.

Grand match, grand stade pour l’événement, la première fois qu’un club normand joue l’accession en Pro D2, le président Louvel avait vu les choses en grand. Sorti de l’enceinte étriquée du stade Mermoz, voilà le Rouen Normandie Rugby au stade Diochon (fief du football) devant plus de 6000 personnes chauffées à blanc. Une liesse populaire qui avait pour but de galvaniser les Lions normands, et pourtant que de crispation en ce début de match, que Rouen entame avec un seul pilier disponible sur le banc. En effet, Yan Thomas, le Britannique, s’étant blessé, le numéro 23 n’a pas été porté ce vendredi. Il faut donc serrer les rangs et les dents, car Albi arrive avec sa défense redoutable, et ne donnera aucun centimètre.

Dès les premières minutes, Rouen lâche vite le ballon au pied, pour occuper le terrain certes, mais aussi par incapacité à casser la ligne adverse, Albi récupère beaucoup de ballons, jouant en mauls pénétrants et départs au ras très efficaces. Rouen est à la faute, et les pénalités s’enchaînent. Peluchon est précis (6-0 pour Albi 13e). La maîtrise est donc albigeoise, mais Rouen se recentre petit à petit, et met enfin à mal l’adversaire. Très fort en mêlée, les locaux grattent des pénalités que Cozens transforme ramenant son équipe à niveau (6-6, 29e). Le match trouve un certain équilibre, beaucoup de duels joués et d’énergie laissée, Albi, plus précis, passe la pénalité qui les fait virer en tête à la pause (9-6).

À Rouen, les deuxièmes mi-temps sont souvent bien meilleures dans le jeu proposé, car enfin du jeu est proposé. Albi baisse un peu physiquement, et Rouen trouve la faille, d’abord au pied (9-9, 44e), puis par son serial marqueur Gabin Villière. En effet, l’ailier patient profite d’un maul à 10 mètres pour arracher le ballon et contourner la défense à 100 à l’heure pour plonger dans l’en-but (16-9 55e).

Rouen est enfin en marche, Albi pris à la gorge

Mais c’est sans compter sur la déconcentration coupable des Normands, qui pensant le plus dur fait, ne sont pas vigilants sur l’engagement, Vasuinibu ramasse le ballon qui traîne, percute son vis-à-vis en long de touche avant de décaler Bisman venu à hauteur qui aplatit (16-16, 58e). Tout est à refaire, ou rien n’est joué selon où on se place. À ce niveau, Rouen est trop maladroit, perdant touche sur touche, les choix sont dangereux, comme de jouer une penaltouche à la 80e alors qu’on n’a pas gagné une touche du match. Heureusement pour Rouen, une dernière mêlée enfoncée donne la pénalité de la gagne (19-16 80e+4) et c’est un moindre mal. Il faudra faire mieux au retour, car l’avantage de trois points au compteur risque d’être maigre, il ne faudra pas le défendre, mais jouer comme Rouen sait si bien le faire.

Par Gaël LECOEUR

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir