Mugron : Petites mains et grands coeurs

MUGRON : Le club landais tire l’une de ses forces de son bénévolat. À 60 ans, les Mugronnais sont toujours aussi vigoureux.

Par Gérard Piffeteau

Il y a autant de célébration de soixantièmes anniversaires que de clubs profondément enracinés. L’évènement serait presque banal, mais ce qui l’est moins tient dans ces dirigeants bénévoles dont la vie et la force de l’engagement se confondent avec l’existence de leur club. Ces personnages qui fuient le plus souvent la lumière, sans doute par trop d’humilité, inspirent le plus grand respect. De fait, ils sont indispensables à la survie des associations sportives patrimoniales, et pour illustrer ces propos le cas de l’US Mugron est significatif. Claude Zacharie qui a presque tout connu de la vie du club landais voue une profonde admiration à ces serviteurs de l’ombre dont la présence est permanente entre les murs de la maison rouge et bleue. Et ce n’est pas le jeune président Thierry Comet, en poste depuis huit ans et lui aussi enfant de l’école de rugby locale, qui s’opposera à la mise en exergue ô combien justifiée des hommes de base de son club. à Mugron, lorsqu’on parle fidélité, l’exemple de Claude Dubourg s’impose. Appartenant à l’USM depuis son premier maillot d’école de rugby, il est le trésorier, et accompagnateur de l’équipe première, depuis 25 ans. Et celui de Dédé Brethes, l’oncle du talonneur palois Quentin Lespiaucq, tout autant. Issu de l’école de rugby il accompagne les seniors depuis près de 40 ans. Deux sortes de monuments au fronton duquel devraient aussi figurer d’autres fidèles incontournables investis au jour le jour. Guy Escarpit, en charge de l’intendance cuisine dont l’équipe sert près de 4000 repas (gratuits) par an. Suiveur de l’équipe fanion depuis 15 ans, il lave aussi les maillots. Didier Lasserre responsable du matériel et de la pharmacie. José Larrey maître de l’organisation des lotos indispensables aux finances. Didier Cabannes, au club depuis 35 ans et secrétaire depuis 25 piges. Et d’autres encore.

Une amicale des anciens

Autre particularité, tous les anciens présidents sont membres du staff dirigeants. C’est la vigueur de ce bénévolat qui a permis à l’US Mugronnaise de tenir sa place en Fédérale 2 durant… 33 ans. Jusqu’en 2006. Et d’y revenir épisodiquement. Pas si mal pour une commune de 1500 âmes. Aujourd’hui, même si l’équipe première vient de vivre une saison plutôt grise, ces valeurs perdurent. Elles s’étaleront au grand jour à l’occasion de la célébration du soixantième anniversaire le dimanche 20 mai prochain. Le thème de ces grandes retrouvailles n’est pas spécialement dédié à ces exemples d’attachement assez exceptionnel, mais comment ne pas leur rendre hommage ? Leur modestie dut-elle en souffrir. Comme il est également question de saluer la fin de carrière de l’exemplaire Manu Sierra qui va beaucoup manquer à ses coéquipiers. L’important c’est que la fête soit belle et le programme de la journée proposé par les organisateurs a une vraie consistance entre le café d’accueil au stade de 10 heures et la soirée buffet animée qui débutera à 20 heures. L’évènement festif marquera à la fois le 60ème anniversaire du club, les 50 ans de la finale Honneur (1968), les 45 ans du titre de 3e Division (1973) et les 38 ans du titre Crabos (1979). Excusez du peu. Notons aussi qu’à 11heures se tiendra une réunion pour la création d’une amicale des anciens de l’USM. N’en doutons pas, ils seront très nombreux le 20 mai au stade municipal, et pour ceux qui viennent de loin un hébergement est même envisagé. Et d’autres vocations de bénévoles pourraient bien naître dans l’euphorie de ce bel anniversaire.