Mhr en marche

  • Mhr en marche
    Mhr en marche
Publié le , mis à jour

Intouchables sur la phase régulière ainsi qu’en demi-finale face à Lyon, les Montpelliérains sont les favoris logiques de cette finale 2018. 

L’expérience

Le chiffre a de quoi impressionner, mais il est vrai. Dans son XV de départ, le MHR ne compte pas moins de 554 sélections. Une sorte de super-équipe, presque sortie d’un jeu vidéo tant elle concentre les meilleurs joueurs de plusieurs nations. Les Fidji avaient Nemani Nadolo. Les Néo-zélandais avaient Aaron Cruden. L’Afrique du Sud avait les frères Du Plessis, Ruan Pienaar, François Steyn et Jan Serfontein. Tous défendent aujourd’hui les couleurs de la puissante colonie héraultaise. Et pas d’inquiétude si l’un d’entre eux venait à se blesser. Si l’on élargit au groupe du MHR, celui compte 643 sélections. Cela veut dire qu’en moyenne, un joueur du MHR compte 28 capes. En face, le CO n’en totalise que 34 dans son XV de départ… Difficile de penser que les deux équipes jouent dans la même cour. La semaine dernière, Christophe Urios s’étonnait déjà de l’écart qui séparait son équipe du Racing 92 : « On ne joue presque pas au même jeu ! » On imagine que le boss du CO pensera la même chose de son futur adversaire en finale.

La fraîcheur

C’est un fait : Montpellier arrive à cette finale avec une fraîcheur rare à ce moment de la saison. Interrogé à ce sujet, le flanker Kélian Galletier estime que c’est un atout décisif : « Je préférais en effet avoir trois semaines de coupure plutôt que trois semaines à enchaîner des matchs. Tout simplement parce que cela nous a permis de travailler notre forme au meilleur des moments de la saison. Nous avons tellement l’habitude d’enchaîner les matchs que cela ne nous a pas inquiétés plus que cela… Nous aurons donc de la fraîcheur pour la finale et cela a payé. » En clair, pendant que les barragistes ferraillaient, les Montpelliérains se régénéraient et travaillaient. Mentalement aussi, les Héraultais n’ont pas été beaucoup malmenés ces temps-ci : leur dernier match à enjeu remontait au 28 avril et la réception de Pau qui leur avait permis de valider leur place en demi-finale. Et pour couronner le tout, ils ont joué cette dernière le vendredi soir.

La confiance

Un rapide coup d’œil à cette saison de Top 14 suffit pour réaliser à quel point le MHR a marché sur ce championnat : les hommes de Vern Cotter ont passé 21journées sur 26 possibles à la première place. Et quand ils n’étaient pas premiers, ils étaient deuxièmes. De là à dire que le parcours des Montpelliérains a ressemblé à une promenade de santé…

Une puissance de feu hors du commun

Montpellier possède la meilleure attaque du Top 14, avec 102 essais. Soit 3,8 réalisations par rencontre. Ils ont inscrit un total de 784 points soit une moyenne de 29 par match. Leur phénomène, le géant fidjien Nemani Nadolo, a inscrit à lui seul 19 essais. Même si Castres a retrouvé une défense de fer sur ses phases finales (11points encaissés à Toulouse, 14 face au Racing 92), les Tarnais devront encore hausser leur niveau dans ce secteur pour résister aux coups de boutoir des Héraultais. 

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?