Ils visent plus haut...

  • Ils visent plus haut...
    Ils visent plus haut...
Publié le / Mis à jour le

Troisième saison consécutive pour le SAXV dans ce Pro D2. Ils ont terminé à la même place, certes, mais le maintien a été obtenu plus rapidement.

C’est la seconde année que les Charentais terminent à la treizième place. Mais compte tenu du parcours réalisé, notamment à domicile, il y avait la place pour aller titiller les équipes candidates aux places qualificatives. « C’est vrai, reconnaît le président Didier Pitcho, que l’on peut avoir quelques regrets et notamment celui de ne pas avoir bien fini. On a fait un parcours quasi similaire à la saison précédente mais plus linéaire me semble-t-il. Ce qui nous a plombés c’est la défaite à domicile contre Dax en début de saison. » Et puis il y a eu cette défaite à Massy, après une victoire à Dax justement, qui a fait basculer vers le bas du classement plutôt que vers le haut. Cette année il va donc falloir tirer les conclusions de ce qui a moins bien fonctionné. Mais le staff et les dirigeants se sont déjà penchés sur la question.

« On s’est séparé de joueurs qui avaient connu le titre de champion de France de Fédérale 2, explique Didier Pitcho. Humainement c’est un déchirement mais c’est la vie de tous les joueurs professionnels. On doit absolument régénérer l’équipe en permanence. On ne peut pas se permettre de ronronner. C’est un peu un pari bien que l’on pense avoir fait un recrutement qualitatif avec des joueurs un peu plus expérimentés. Mais évidemment ce n’est pas forcément synonyme de réussite. » C’est un peu un tournant pour le club qui a vu partir treize joueurs et qui n’en a recruté que dix. « On a privilégié la qualité à la quantité, poursuit le président. Mais il le faut. Ce championnat est très dur, avec d’excellentes équipes qui se sont toutes renforcées et force est de constater que rien n’est jamais acquis. »

Un nouvel outil mais qui a un coût

Mais le SAXV va entamer cette troisième saison dans un stade Chanzy complètement rénové et qui devrait attirer un public encore plus nombreux car dans de meilleures conditions. « C’est vrai qu’il y a une grosse amélioration de l’outil mais pour que ça se fasse, il a fallu batailler. Et puis il ne faut pas oublier que ce nouveau stade engendre des frais énormes pour le club à hauteur d’environ 500 000 euros. C’est un véritable manque à gagner pour le recrutement et le personnel entre autres, concède Didier Pitcho. Mais je dois reconnaître que la campagne d’abonnements marche bien. J’espère qu’il y aura de la ferveur et que l’on saura susciter l’engouement du public. » Quant aux objectifs ils sont naturellement à la hausse. « Je reste les pieds sur terre, affirme le président, mais l’idéal serait de se maintenir rapidement, d’améliorer notre classement et de rester au contact des huit premiers le plus longtemps possible. C’est vrai que quand l’on démarre une saison, on est plein d’ambitions mais il y a tellement d’impondérables à gérer que l’on ne sait jamais. À commencer par nos deux premiers matches que l’on va disputer à l’extérieur compte tenu des travaux à Chanzy. Et quand on sait l’importance de bien lancer une saison, il ne faudrait pas que l’on laisse place au doute. »

À ce jour le calendrier n’est pas encore paru mais il se pourrait que les Angoumoisins aient à se déplacer trois fois de suite. Autant ça pourrait leur être favorable en fonction des oppositions proposées, autant ça pourrait un peu plomber le début de saison. Quoi qu’il en soit les retrouvailles dans le nouveau stade devraient être salutaires. « Ce club, c’est celui de tous les Charentais et pas celui des frères Pitcho. Ce sont eux qui doivent le faire vivre et créer une ambiance à Chanzy pour que les joueurs aient encore plus envie de se sublimer » conclut Didier Pitcho.

Par Jean-François Chrétien

Anonyme
Voir les commentaires
Réagir