Les habits neufs de l’UBB

  • Les habits neufs de l’UBB Les habits neufs de l’UBB
    Les habits neufs de l’UBB
Publié le

Nouveau staff, plus d’une quinzaine de départs et autant d’arrivées, nouveau centre d’entraînement, nouvel équipementier, l’Union Bordeaux-Bègles veut changer de dimension pour enfin intégrer les phases finales, lors de la prochaine saison du Top 14. La reprise lundi 2 juillet, sera l’occasion de découvrir les habits neufs de l’UBB.

Le vieux stade André-Moga à Bègles n’a pas connu depuis bien longtemps, un tel chamboulement. On ne parle pas ici uniquement du bâtiment flambant neuf qui accueillera les joueurs et l’administration de l’UBB, mais bien aussi de cette équipe, renouvelée pour une bonne partie avec goût, selon bien des observateurs. Laurent Marti, après son opération « jeunes » l’an dernier, réussie par ailleurs avec l’avènement des Jalibert, Woki et Roumat, a fait un effort sur le recrutement, malgré un budget en déficit. « Sur le papier, on présente un effectif qui peut laisser penser qu’on peut lutter contre n’importe quelle équipe » expliquait le président bordelo-béglais il y a peu. Aussi, les aficionados de l’UBB peuvent fourbir leurs carnets à autographes. Semi Radradra, le centre ou ailier fidjien sera sans conteste, la tête d’affiche de l’équipe 2018-2019. L’autre pépite sudiste attendue, c’est Seta Tamanivalu, l’ailier supersonique des Crusaders dont les exploits sont visibles sur internet. Du côté des « gros », Laurent Marti a réussi à attirer une belle brochette d’avants. L’ancien deuxième ligne international australien, Kane Douglas, le pilier droit géorgien, mais Jiff, Lekso Kaulashvili, le massif Viliamu Afatia, le gaucher Laurent Delboulbès, ancien du club et le troisième ligne Afa Amosa viendront solidifier le pack girondin. À la charnière, Brock James et son pied devraient constituer une alternative crédible à Matthieu Jalibert qui devrait retrouver le XV de France.

Un staff « english speaking »

Du changement donc pour cette équipe qui stagne depuis trois ans. L’homme de ce nouveau cycle, c’est Rory Teague, le manager anglais engagé pour trois ans. Et le jeune coach a choisi une nouvelle équipe à son goût. Ce sera ainsi « english speaking » à Moga. Luke Narraway, ancien de Gloucester comme Rory Teague, mais habitué à la langue de Molière avec un passage à Perpignan, s’occupera des avants et de la touche. Joe Worsley reste l’entraîneur de la défense et Jean-Baptiste Poux, qui a pris sa retraite, est chargé officiellement de la mêlée. Ludovic Loustau parti à Bayonne, c’est Pierre Austruy qui lui succède sous la dénomination de directeur de la performance. Ce chercheur qui a travaillé dans le XIII aussi bien en Australie qu’en Nouvelle-Zélande s’occupera de la performance athlétique, de la réathlétisation en collaboration avec le staff. Changement de méthode, avec un côté anglo-saxon, qui fait la part belle aux chiffres et aux statistiques. L’Union part donc avec des habits neufs, mais Laurent Marti n’a pas pour autant délaissé sa « marotte », celle du recrutement des jeunes et de joueurs moins connus du Top 14. Romain Buros, espoir arrière de 20 ans et Nicolas Plazy, ailier de Colomiers tout comme l’ex-Montois troisième ligne de 24 ans, Beka Gorgadze ont choisi de porter le costard de l’UBB. Et cela sans compter, un autre produit pur jus du centre de formation, Simon Desaubies, 18 ans, joueur prometteur qui sera la troisième solution à l’ouverture. Ce dernier, convoqué au stage de préparation des moins de 20 ans, rejoindra la joyeuse et prometteuse troupe des champions du monde 2018. Les Cameron Woki, Maxime Lamothe, et autre Jules Gimbert ont déjà largement goûté du Top 14. En rajoutant un Alexandre Roumat, Florian Dufour au talon, des joueurs qui ont été blessés comme le troisième ligne Adrien Vigne et le centre Nathan Decron, le futur de l’UBB se dessinera entre têtes d’affiche sudistes et espoirs aguerris. Et avec les internationaux Jefferson Poirot, Baptiste Serin, Adrien Pélissié et Marco Tauleigne, voilà un effectif riche qui pourra lutter dans ce Top 14 resserré comme un jean taille « slim ». L’UBB a effectué ses retouches avec d’ailleurs un nouvel équipementier, Canterbury et un nouveau partenaire maillot, Arkea. L’avenir dira si ces habits neufs vont comme un gant à l’Union…

Par Jean-Yves SAINT-Céran

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?