Toulon : Collazo entre en scène

  • Toulon : Collazo entre en scène
    Toulon : Collazo entre en scène
Publié le , mis à jour

Le RCT a repris, lundi, le chemin de l’entraînement avec, à sa tête, l’ancien pilier, de retour au pays. Ce jeudi, Patrice Collazo a effectué sa première séance d’entraînement en public.

Ils attendaient ce moment avec une pointe d’impatience et de curiosité depuis un petit mois, le 6 juin exactement, date de l’officialisation du nouveau manager. Ce jeudi 5 juillet, les supporters du RCT ont enfin assisté aux premiers pas publics de Patrice Collazo en rouge et noir. Sur le terrain de Berg, là même où il avait fourbi ses armes avant de partir sous d’autres cieux en 1996, l’ancien pilier a renoué avec son passé et ouvert une page d’avenir. De Gilles Panzani, figure historique du club, aux plus fervents supporters d’un autre temps, les souvenirs du jeune Collazo revenaient dans les bouches, ses faits d’armes chez les jeunes comme ses quelques apparitions chez les seniors. « Je le retrouve comme je le connaissais », résume l’intendant du club. Mais par-delà la nostalgie et le lien affectif, tous l’espèrent surtout comme l’homme du renouveau après une saison ô combien frustrante sous la coupe de Fabien Galthié.
L’enfant du pays, déjà si souvent sollicité au quotidien par les habitants, a pu continuer à mesurer les espoirs suscités par son arrivée et le lancement de la nouvelle saison. À 10 heures, au coup de sifflet final de la séance, plus d’une centaine d’adeptes avaient effectué le déplacement pour avoir un aperçu du Toulon version Patrice Collazo, assisté par deux apprentis entraîneur maison, Sébastien Tillous-Borde et Juan Martin Fernandez Lobbe. Pendant deux heures, les fadas et autres mordus l’ont vu commander son premier entraînement rugby avec un groupe d’une petite vingtaine de joueurs à sa disposition. Au programme : quelques ateliers de passes, des oppositions à toucher sur terrains réduits et des exercices ludiques. Avec, à chaque fois, Patrice Collazo au centre du jeu. Son fort degré d’implication auprès de ses protégés, son niveau de décibels et son exigence de tous les instants, à commencer par les ateliers les plus anodins en apparence, plantent le décor de son fonctionnement. La reconquête toulonnaise part de là et de ça. Dès le lundi, à 7 heures du matin, le manager avait donné le ton en fixant un cadre clair, net et précis pour la reprise. Si, en l’espace d’un mois, le technicien a subitement été amené à changer de décor, son discours reste le même, plaçant l’exemplarité et l’implication au-dessus de tout. Sans aucun passe-droit. Le All Black Malakai Fekitoa, resté dans les bras de Morphée quelques minutes de trop, l’a constaté à ses dépens. Ironie de l’histoire, le centre néo-zélandais a répondu de la plus belle des manières en réalisant des tests remarquables. Une réaction de champion.

« Un homme convaincu, déterminé, surprenant »

Après deux premiers jours d’évaluation sous l’œil de Thibault Giroud, le préparateur physique en chef, et un jour de repos, les joueurs ont retrouvé le contact du cuir ce jeudi. L’occasion pour les supporters de voir les nouveaux visages de l’effectif à l’œuvre. Si Julian Savea et de Liam Messam, les principales têtes d’affiche, sont encore retenus par le Super Rugby, les recrues étaient présentes en nombre sur le terrain : le demi de mêlée gallois Rhys Webb, privé de compétition depuis fin janvier en raison d’une blessure à un genou, le pilier gauche Sébastien Taofifenua, le troisième ligne Stéphane Onambélé, le deuxième ou troisième ligne sud-africain Jacques Potgieter ou encore l’ailier Daniel Ikpefan ont ainsi pris leurs repères. Le tout dans une atmosphère très détendue, comme le veut la période. « J’aime mon job », a commenté Rhys Webb sur Twitter, texte accompagné d’une photo le montrant particulièrement en forme. « C’est bon d’être de retour à l’entraînement, écrivait de son côté Malakai Fekitoa. Bienvenue à Rhys Webb au RCT. Des choses passionnantes sont à venir. » Les curiosités ne venaient pas seulement d’ailleurs pour cette première répétition en public. Charles Ollivon, écarté des terrains depuis près de deux ans, a donné des signes encourageants pour l’avenir en apparaissant très affûté. Guilhem Guirado, pour la première fois depuis une éternité, a vécu une reprise comme M. Tout le monde, le tout en étant régénéré et reposé. Le capitaine du XV de France a au passage profité de sa présence sur place pour s’entretenir avec Patrice Collazo. La silhouette de Jonah Placid a également été épiée. Après une saison blanche en raison d’une rupture des ligaments croisés d’un genou, l’arrière australien est attendu comme un des facteurs X de la saison, à un poste ouvert à la concurrence.
Avant de voir leur nouveau manager et ses joueurs dans le feu de l’action, le 3 août, en amical, face au Stade français, les supporters varois pourront suivre tous les lundis et jeudis matin, de 8 à 10 heures, l’avancement des travaux de Patrice Collazo. Pour le manager, débarqué dans la précipitation et aux commandes d’un effectif composé avant sa nomination, l’intersaison ne sera pas trop longue pour poser sa patte et appréhender son environnement. Et vice versa. « À la base, je n’ai peut-être pas la même proximité avec Patrice qu’avec Fabien Galthié, racontait ce jeudi Mourad Boudjellal. Mais c’est un homme convaincu, convaincant et déterminé. Il est très surprenant. Quand les autres demandent des palettes de stars, il est plutôt attaché au caractère. Il dit que c’est à lui d’en faire de bons joueurs. On verra… En général, au début, ça se passe bien."

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?