Le monstre du Top 14

  • Le monstre du Top 14
    Le monstre du Top 14
Publié le , mis à jour

Aussi puissant que rapide, l’ailier fidjien a réussi sa deuxième saison au MHR. Il en est devenu l’arme offensive principale du club héraultais. Bien qu’il soit surveillé comme le lait sur le feu, les défenses n’ont pas encore trouvé la clé pour l’arrêter.

Il est le joueur du Top 14 de tous les superlatifs ! Nemani Nadolo, deuxième l’an passé de notre classement et qui apparaissait presque comme une déception. À croire que l’international Fidjien s’est lui aussi remis en cause : cette saison, il a littéralement marché sur le championnat et ses adversaires. « C’est un bus qui va aussi vite qu’une voiture de course », glissait en guise de métaphore, Mathieu Borel, l’un des préparateurs physiques montpelliérains quelques jours avant la demi-finale du Top 14 face à Lyon. 19 essais pour 20 matchs de Top 14, 6 en Coupe d’Europe pour 6 matchs. 11,2 secondes sur 100 mètres, 34,2 kms/h lors de tests physiques avec le MHR ; le tout pour 140 kg ! Des chiffres affolants et pourtant, il n’a pas été le facteur X attendu en finale de Top 14 face à Castres. Il devait être l’homme qui amène le Bouclier de Brennus dans l’Hérault, il aura été battu dans son duel direct par un « petit » Français sur l’essai de Julien Dumora qui lança les Castrais vers le titre. Un seul match raté dans la saison. Son entraîneur, Vern Cotter ne lui en tiendra pas rigueur quand il rentrera ! Car en ce début d’été, Nadolo est un colosse aux pieds d’argile. La reprise à Montpellier programmée le 9 juillet prochain se fera sans lui. L’ailier fidjien s’est donné une sérieuse blessure à une cheville lors d’un match avec sa sélection contre les Tonga. Il a annoncé sur Instagram que son indisponibilité serait d’au moins douze semaines.

En sélection, il est aussi buteur !

Cotter devra donc se passer de son arme de destruction massive. Un joueur qui lui rappelle l’un de ses atouts principaux lors du titre l’ASM en 2010 : Napolioni Nalaga. Comme à Clermont, il fait utiliser Nadolo en premier attaquant, pour déborder ou plutôt exploser les défenses sur les ailes, mais aussi au centre du terrain après mêlée ou dans la zone de l’ouvreur après une touche. La saison passée, et c’est l’un de ses véritables progrès, il pouvait aussi marquer au près sur des picks and go comme neuvième avant. Nadolo sera une nouvelle fois très attendu la saison prochaine, et sûrement craint, car avec son physique atypique mais aussi sa science rugbystique, il reste un joueur au talent très rare sur la planète rugby. Au MHR, il pourrait prendre encore plus de place pour sa troisième saison. Successeur de Qera comme capitaine des Fidji, il est aussi devenu l’un des buteurs de la sélection. Deux rôles qu’il pourrait tenir dans les mois qui viennent au MHR, certes pour dépanner dans un premier temps. 

Les raisons du choix

1. Constance - Hormis au niveau des chevilles, à cause de son poids, l’ailier se blesse peu. Du coup, il joue beaucoup et démontre une vraie constance dans ses prestations. Il passe rarement à côté de son sujet (mis à par en finale de Top 14).
2. Efficacité - 19 essais pour 27 franchissements, une fois qu’il a franchi le rideau défensif, Nemani Nadolo marque très souvent. De là à être classé inarrêtable ? Toutefois, on remarque que lorsqu’il transperce une défense loin de la ligne d’essai, il a dû mal à avoir une course à la fois longue et rapide. Du coup, on peut parvenir à le rattraper et à le plaquer.
3. Une des attractions du Top 14 - C’est un extraterrestre, avec son gabarit de deuxième ligne ou de pilier droit, il est offensivement aussi vif qu’un joueur de 70 kg. Nadolo fait partie des stars du championnat. Son jeu spectaculaire et ses collisions avec ses adversaires marquent les esprits. Comme il marque beaucoup, il a tout pour faire la Une des journaux.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?