Polyvalents derrière, revanchards devant

Passage en revue de l'effectif clermontois ligne par ligne.

Arrières

Le départ de Scott Spedding ne change pas foncièrement la donne, avec le recrutement du polyvalent Tim Nanai-Williams pour parer à toute éventualité. Ainsi, les protagonistes seront les mêmes que la saison dernière : l’Anglais Nick Abendanon qui se doit une revanche après un exercice mitigé, le All Black Isaia Toeava à qui on souhaite d’en avoir définitivement terminé avec ses pépins de santé, et le jeune fidjien Setariki Tuicuvu qui honorera son premier contrat pro.

Ailiers

Auteur d’une superbe saison malheureusement ternie par une grave blessure au visage en Nouvelle-Zélande qui a nécessité une opération, Rémy Grosso devra confirmer ses bonnes dispositions. À ses côtés, les supporters auvergnats auront évidemment les yeux de Chimène pour le phénomène Alivereti Raka qui avait porté l’équipe à bout de bras en début de saison dernière (13 essais en 11 matchs) et revient tout juste d’une opération des ligaments croisés. La recrue Tim Nanai-Williams, qui sort d’une saison blanche en Super Rugby après une opération d’une épaule, sera attendue à partir du mois de septembre pour devenir un des facteurs X de l’équipe. Déjà aperçu la saison dernière, le jeune Samuel Ezeala sera certainement renvoyé au feu dans des conditions plus idéales, tandis que Franck Azéma pourra pallier à toutes éventualités en utilisant la polyvalence de Peter Betham et Nick Abendanon, voire George Moala.

Centres

C’est l’embouteillage de talents au poste, avec pas moins de trois internationaux français pour seulement deux places! Si Wesley Fofana fait figue de titulaire quasi certain (à doncition d’en terminer avec les blessures qui ont pollué sa dernière saison), Rémi Lamerat et Damian Penaud, l’abattage de l’un s’opposant au pur talent offensif de l’autre, qui devra toutefois offrir davantage de gages en termes de défense individuelle. Durant les doublons (et évidemment plus si affinités), les Auvergnats pourront également compter sur deux arrivées : l’international all black George Moala, attendu comme la bonne pioche du recrutement, et le solide fidjien venu de Bordeaux Apisai Naqalevu. Mais il ne faut pas oublier non plus le classieux Peter Betham, qui vient de s’engager sur le long terme avec l’ASMCA, et espère jouer bien plus que les utilités. Intégré à la préparation, le jeune Tani Vili peut également espérer ramasser quelques miettes dès cette saison.

Ouvreurs

Le titulaire indiscutable se nomme évidemment Camille Lopez, enfin revenu de sa grave blessure à la cheville. S’il sait devoir dire adieu à ses précédentes sensations, l’ouvreur du XV de France n’en espère pas moins réaliser une grande saison afin de postuler à la Coupe du monde au Japon. À ses côtés, l’Argentin Patricio Fernandez souhaitera toujours faire valoir ses fulgurances et son incontestable talent offensif, tandis que le jeune Dorian Laverhne poursuivra son apprentissage. En cas d’hécatombe, Isaia Toeava a également prouvé la saison dernière qu’il pouvait parfaitement assurer un court intérim, tout comme Greig Laidlaw qui a déjà tenu le numéro 10 avec la sélection écossaise.

Demi de mêlée

Nanti des galons de capitaine, renforcé par son excellente tournée en Nouvelle-Zélande et sa prolongation jusqu’en 2022 pour ce qui pourrait être son dernier contrat, Morgan Parra apparaît pus que jamais incontournable. L’Écossais Greig Laidlaw, qui n’a pourtant jamais démérité, pourrait ainsi être réduit à la portion congrue, qui plus est en l’absence de Champions Cup. Enfin, au moment d’assurer l’intérim pendant les inévitables doublons, les jeunes Charlie Cassang, William Hutteau mais aussi Kévin Viallard se tireront la bourre, après le départ en prêt de Charly Trussardi en prêt à Béziers.

Numéros 8

Le titulaire du poste se nomme évidemment Fritz Lee, qui a prolongé son bail avec Clermont jusqu’en 2021. Derrière lui, plusieurs joueurs peuvent faire jouer leur polyvalence, à l’image de Damien Chouly et Peceli Yato. Formé à ce poste, le jeune Julien Ruaud devrait également avoir l’opportunité de s’exprimer.

Troisième ligne aile

Après une saison difficile qui l’a vu perdre ses galons de capitaine puis sa place de titulaire, le vétéran Damien Chouly se doit une revanche. Mais la concurrence promet d’être rude avec le «M. Propre » Alexandre Lapandry, le phénoménal Peceli Yato ou encore le guerrier géorgien Victor Kolelishvili. Plutôt décevant en fin de saison, Judicaël Cancoriet devra franchir un cap ballon en main. À noter que, pour compléter son effectif, l’ASMCA est encore en quête d’un flanker au profil de plaqueur-gratteur, et espère trouver la perle rare à la fin du Super Rugby.

Deuxième ligne

Victime d’une rupture des ligaments croisés au mois de mai, Paul Jedrasiak ne devrait pas revenir avant l’année prochaine. Toutefois, l’effectif conserve fière allure, avec en tête de gondole un Sébastien Vahaamahina qui vient probablement de sortir une des saisons les plus abouties de sa carrière. Aux côtés de l’international tricolore, Arthur Iturria semble le complément naturel, de par sa capacité de déplacement et son aisance balle en main. Mais les vieux grognards Flip Van der Merwe et Sitaleki Timani n’ont évidemment pas dit leur dernier mot, qui joueront pleinement leur rôle dans la rotation. Intégrés à la préparation, les jeunes Jacobus Van Tonder et Corentin Astier peuvent également prétendre à du temps de jeu.

Piliers

À gauche de la mêlée, le champ semble libre pour l’épanouissement définitif d’Étienne Falgoux. Reste que derrière lui, Loni Uhila cherchera à faire oublier une arrivée au club gâchée par une fracture de l’avant-bras, tandis que Beka Kakabadze devra se racheter après le fameux coup de sang qui a coûté si cher à son équipe à Pau l’an dernier, et fut probablement un tournant de la saison clermontois. L’international U20 Giorgi Beria sera également surveillé. Quant au poste de pilier droit, il demeurera évidemment la propriété privée de l’international tricolore Rabah Slimani et du vétéran Davit Zirakashvili. À moins que Mickaël Simutoga ne parvienne enfin à faire valoir un potentiel que d’aucuns jugent monstrueux, malheureusement trop peu aperçu sur les pelouses du Top 14. Déjà aperçu l’an dernier, le jeune Sipili Falatea complètera l’effectif.

Talonneurs

Les protagonistes n’ayant pas déçu, on prend les mêmes, et on recommence… Sur-utilisé la saison dernière en raison de l’accumulation de blessures ayant frappé l’effectif clermontois, Benjamin Kayser demeure le numéro un au poste, fort d’un statt de leader d’autant plus important depuis la retraite d’Aurélien Rougerie. Sauf qu’à ses côtés, John Ulugia a davantage le profil d’un numéro un bis que d’une doublure, tandis que Yohan Beheregaray a montré de très belles dispositions à chacune de ses apparitions. Derrière ce trio, le jeune Alexandre Fischer se tiendra prêt à croquer dans la moindre opportunité.