Plus fort que Sonny Bill !

  • Plus fort que Sonny Bill !
    Plus fort que Sonny Bill !
Publié le , mis à jour

Infatigable, constant dasn l’excellence, le colosse fidjien fait l’unanimité : il est bien le meilleur deuxième ligne du Top 14.

L’année dernière, à la même période, nous titrions ceci, en haut de la double page de la revue de l’élite des deuxième ligne du Top 14 dans laquelle Leone Nakarawa prenait la deuxième place : « Leone aux mains d’argent. » En un an, la matière qui compose les mains de l’international fidjien a changé. Cette fois, c’est de l’or. De l’or pur, qui fait le bonheur du Racing 92. Cette fois, Leone Nakarawa fait l’unanimité au poste, et remplace haut la main le Clermontois Sébastien Vahaamahina qui n’y figure plus. 

Les raisons de cette domination sans partage sont multiples. D’abord, Nakarawa a été impressionnant de constance et de régularité : jamais blessé, il est le joueur le plus utilisé de l’effectif francilien et fait partie des plus utilisés du Top 14, avec pas moins de 1 599 minutes à son actif (23 matchs, dont 21 en tant que titulaire). En Coupe d’Europe, même topo : le roi Leone a été titularisé sur l’ensemble des neuf rencontres continentales du Racing92, pour quatre essais inscrits.

Un extraterrestre

L’autre raison qui explique ce choix réside dans le profil du joueur. Ou plutôt, dans l’incroyable étendue de sa palette de rugbyman. Le rugby français (voire mondial) a rarement vu de joueur aussi complet que lui. Parole de Joe Rokocoko, son coéquipier au Racing 92 : « Leone a peut-être le numéro 5 dans le dos mais il joue comme un arrière. Au fil de ma carrière, j’ai vu de très grands deuxième ligne : j’ai affronté Brad Thorn, Bakkies Botha. Mais Leone, pfff. Il pousse en mêlée, plaque, déblaie, saute en touche et offre autant de passes décisives qu’il marque d’essais. Nakarawa, c’est la vision ultime de l’avant moderne. » À tel point que vient le moment de le comparer à un autre joueur, autre prototype du rugby moderne : Sonny Bill Williams. Yannick Nyanga, capitaine du Racing 92, place son coéquipier au-dessus. « Leone est unique. À un degré moindre, il y a bien Sonny Bill Williams en Super Rugby et sous le maillot des All Blacks. Mais Sonny Bill est un trois-quarts centre et réalise des off-loads dans une ligne d’attaque, où les espaces sont nombreux. Leone, lui, réussit ces gestes incroyables dans une zone très réduite et très dangereuse, où le trafic est important. ça plonge dans les genoux, ça plonge dans les côtes… Vous vous rendez compte qu’il se balade avec le ballon au bout du bras, en offrant son torse comme cible à des mecs de 120 kg ? Et pourtant, il n’est jamais blessé. » On ne peut pas en dire autant de la star néo-zélandaise, qui ne prend pourtant pas autant de coups ni ne pousse autant de mêlées à chaque rencontre. Alors oui, Leone Nakarawa est bien un phénomène sans comparaison.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?