C'est Mo'unga sûr

  • C'est Mo'unga sûr
    C'est Mo'unga sûr
Publié le , mis à jour

Une nouvelle fois impressionnants en demi-finale, les Crusaders ont profité de la superbe performance de leur ouvreur Richie Mo’unga pour écraser les Hurricanes.

C’était écrit ou presque. Dans leur antre de Christchurch, les Crusaders ont tué dans l’œuf la révolte des Hurricanes, arrachant par la même occasion leur ticket pour la finale du Super Rugby. Comme attendu, les coéquipiers de Kieran Read défendront donc leur titre jusqu’au bout et, à ce sujet, on se demande bien comment pourraient-ils en perdre la possession… qui plus est à domicile ! Assis sur un pack de bœufs, dont les huit membres sont tous All Blacks, les Crusaders semblent intouchables lorsqu’ils parviennent à dérouler ce jeu de passes axial qui flatte les rétines. Timing dans les courses, ultra-précision dans la transmission, soutien perpétuel et libérations rapides : bien que plus direct, plus frontal que le projet des champions du monde néo-zélandais, le jeu des Crusaders n’en demeure pas moins une merveille, aussi efficace que spectaculaire. Au micro de la télévision néo-zélandaise, l’ancien ailier des All Blacks commentait : « Il a fallu quelques années aux Crusaders avant de réussir la transition entre deux générations. Mais après avoir pris le temps de former quelques joueurs au talent incroyable, ceux-ci sont désormais prêts à évoluer au plus haut niveau. Et à empiler les titres. »

Parmi les joueurs évoqués par John Kirwan, on s’attardera d’abord sur le demi d’ouverture Richie Mo’unga. à 24 ans, le successeur de Dan Carter dans la province de Canterbury semble actuellement au sommet de son art. Excellent dans l’animation, doté d’un jeu au pied précis, d’une sublime passe longue et d’appuis lui permettant souvent d’échapper à la pression du premier rideau, le numéro 10 des Croisés fut pour beaucoup dans la victoire des siens, face aux Hurricanes (30-12). Est-il meilleur que Beauden Barrett ? Ne soyons pas ridicules. Mais samedi, sur la pelouse de l’AMI Stadium de Christchurch, Richie Mo’unga a largement remporté son duel avec le meilleur joueur de la planète et prouvé, s’il le fallait encore, que son combat avec Damian McKenzie pour incarner la doublure du maître chez les All Blacks était encore loin d’être joué… 

Le frère Scott

Au-delà de Mo’unga, on signalera la performance du troisième ligne Matt Todd, pourtant barré en équipe nationale par le flanker des Chiefs, Sam Cane. Si l’abattage en défense et dans le combat au sol de Matt Todd était connu depuis longtemps, sa faculté à porter la balle et passer les bras était en revanche moins franche. En ce sens, la saison que vient de traverser le flanker des Crusaders a donc changé l’image que l’on avait de lui… Parmi les pépites de Christchurch, il est également impossible de passer sous silence la performance du solide centre Jack Goodhue, qui compense en détermination et en explosivité une technique individuelle qui, sans être fruste, n’est pas toujours aussi aboutie que celle de ses coéquipiers. Enfin, la montée en puissance de Scott Barrett n’est plus une surprise. Samedi soir, le moins flashy des Frères Pétards eut une nouvelle fois un activité incroyable balle en mains comme en défense. Plus qu’épanoui en club mais toujours barré par la paire Whitelock-Retallick en équipe nationale, il doit parfois regretter d’avoir vu le jour à cette époque…

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?