Colomiers s’en sort bien

  • Colomiers s’en sort bien
    Colomiers s’en sort bien
Publié le , mis à jour

D'abord souverain et plein de maîtrise, Colomiers à connu un trou d'air de 20 minutes qui aurait pu coûter très cher. Une leçon à retenir pour la suite de la saison, sans quoi le dénouement ne sera pas toujours aussi heureux.

Le résumé

Colomiers a joué à se faire peur. Si les premières intentions sont provençales, les locaux ont rapidement calmé les ardeurs du promu pour mettre la main sur le ballon. Les Columérins ont cependant eu du mal à concrétiser cette domination, la faute à une mauvaise adresse face aux perches de Thomas Girard. Cazenave prendra ensuite le tir au but avec davantage de réussite. À 15 contre 13, (cartons jaunes de Make,39e; Massip, 40e) Colomiers prend le large au score (25-6) grâce notamment à un doublé de Maurino (21e, 42e) et à une mêlée conquérante. Puis c’est le trou d’air. Sans explication apparente, les hommes d’Olivier Baragnon perdent le fil de la rencontre, accumule les imprécisions et redonnent confiance aux visiteurs. En vingt minutes, Provence rattrapent son retard et repasse devant 25-26, à moins de cinq minutes du terme. Dans cette fin de match à coupé le souffle, Colomiers fait le forcing, mais reste à une quinzaine de mètres de l’en-but aixois. Provence pense alors tenir son exploit, c’était sans compter sur Brandon Fajardo, sauveur du jour. L’ouvreur, entré en jeu quelques minutes plus tôt prend ses responsabilités et inscrit le drop victorieux (28-26).

Le fait du match

L’indiscipline condamne les Aixois. Trois cartons jaunes dans un seul match, dont eux en moins de cinq minutes, c’est trop. « Même les Blacks ne peuvent pas gagner en prenant trois cartons jaunes », ironise Jamie Cudmore, manager provençal. Bien que surnommés « Les Noirs » dans le jargon rugbystique, la marche était trop haute. Au vu de leur performance, on peut légitimement penser que sans toute cette indiscipline, le sort du match aurait pu être différent.

L’action du match

Les Noirs font preuve d’une solidarité exceptionnelle dans les derniers instants pour tenir leur victoire. Indisciplinés pendant une bonne partie de la rencontre, ils s’efforcent alors de défendre proprement pour ne pas offrir de pénalité de la gagne après la sirène. Il ne reste plus qu’une solution, le drop. Brandon Fajardo, vingt mètres légèrement décalé sur la gauche, envoie la balle entre les perches. Cruelle désillusion pour le promu, ouf de soulagement pour les locaux.

Le tournant du match

Provence rugby vient de repasser devant, il reste trois minutes à jouer. Après un renvoi récupéré, la possession est columérine. Grâce à une belle défense, le promu parvient à récupérer une touche à l’entrée de leurs 22 mètres. Probablement la touche de la gagne. Mais comme trop souvent aujourd’hui, celle-ci est mal négociée et le ballon revient alors dans les mains des locaux. Pour le dénouement que nous connaissons.

Le joueur

S’il n’avait pas inscrit le drop de la victoire, Brandon Fajardo n’aurait probablement pas figuré dans cette catégorie. Auteur d’une entrée moyenne, avec plusieurs ballons difficiles à négocier, dont un coup de pied contré dans ses 22 mètres, l’ouvreur n’a pas semblé être dans un grand jour. Mais c’est comme un grand qu’il a pris ses responsabilités en fin de rencontre. L’homme du match n’aurait pu en être un autre.

Par Théophile Arlet.

Anonyme
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?