• Et Bayonne qui défend !
    Et Bayonne qui défend !
Publié le / Modifié le
Pro D2

Et Bayonne qui défend !

Bayonne - C’est une nouveauté : la volonté défensive des Basques leur a permi de contenir les tentatives franciliennes pour organiser un succès assez maîtrisé.

La première conséquence réelle du travail pensé par le staff made in Yannick Bru a eu lieu vendredi à Massy. Ces deux dernières saisons, en Top 14 et en Pro D2, les portes et les fenêtres se trouvaient grandes ouvertes à Bayonne. 764 points encaissés lors du dernier championnat - treizième au classement de la défense - avaient provoqué un goal-average négatif impropre à qui descendait du niveau supérieur. Leur partition livrée au stade Ladoumègue a fourni aux Bayonnais une autre perspective. L’ailier Julien Jané, dans une analyse de premier abord, y a vu le symptôme positif d’un "état d’esprit irréprochable. Nous avons mis un point d’honneur à régler le problème." Cette volonté commune, toute nouvelle, est un premier gain. Dans une approche plus technique, Vincent Etcheto, qui savait le dessous des cartes de ce qui se faisait auparavant, a orienté ses louanges vers éric Artiguste. Les messages et les exigences du centre toulousain, dépêché des Espoirs du Stade à l’intersaison, semblent parvenir à concentrer le collectif sur son devoir d’activité permanente. Vincent Etcheto a noté que si "tout n’était pas parfait, si les Massicois sont parvenus à nous percer en quelques occasions, l’étau de replis s’est refermé grâce à l’implication maximale de tous. Les réflexes ont été bons dans les moments délicats. Éric fait du super boulot."

Un cinq-huitième intéressant

Les Basques ont pu dérouler leur partition de visiteur sans pousser leur génie. On note tout de même cet essai inscrit par Arthur Duhau en infériorité numérique, cette réalisation faisant valoir une capacité de la ligne à la fulgurance. L’association au centre Barthélémy-Talebula a plutôt bien fonctionné. Vincent Etcheto testait un peu ses pensées avec cette composition. Il dispose d’une nouvelle corde à son arc, alors que Sean Robinson ou Benjamin Thiery vont revenir.

Globalement, excepté un désir trop mal contenu en première mi-temps de gratter les ballons dans des moments trop litigieux - huit pénalités sifflées contre Bayonne à la pause - une discipline collective est apparue au travers les décideurs du jeu observant sans rechigner le respect des consignes de sécurité. Du Plessis a occupé le terrain au pied sans jamais s’embrasser autant de fois qu’il l’a fallu. Sa ligne offensive ne s’est vraiment déployée que dans les moments opportuns. Cette sortie sobre et solide, qui provoque ce premier succès à l’extérieur de la saison, et offre cette place de leader provisoire, est une première pierre dans le jardin des nouveaux techniciens. 

Par Guillaume Cyprien 

midi olympique
Réagir