La fusion avortée

À l’intersaison, le club de la célèbre station balnéaire devait fusionner avec son voisin de Villeneuve-lès-Maguelonne. Un projet qui a d’abord été validé puis invalidé. Le RC Palavasien repart en Fédérale 3, Villeneuve en Quatrième Série.

Palavas-les-Flots, un nom qui est familier pour de nombreux estivants de l’hexagone. Cette sympathique localité héraultaise est célèbre par ses arènes, son traditionnel « toro piscine » et ses nombreux touristes attirés par le sable et la mer. À Palavas, on joue aussi au rugby depuis plus d’un demi-siècle. À ce jour, le club évolue en Fédérale 3. L’an dernier, le premier dirigeant du club était, Michel Milovic ancien joueur professionnel à Narbonne, Oyonnax, Lyon, Stade français, Nîmes et ex-entraîneur du centre de formation de Béziers, ce Monténégrin d’origine est aussi un homme de dossier. Palavasien d’adoption, il avait au cœur de la précédente saison un projet de fusion pour le RCP. « En juillet 2017, le club était au bord de l’agonie et son avenir en Fédérale 3 plus que critique. À la hâte, on a réussi à trouver des joueurs. Grâce au rapprochement avec les clubs de Villeneuve-lès-Maguelonne et Saint-Jean-de-Védas, on a constitué des équipes cadets et juniors et échappé à la relégation administrative. Sur le plan sportif, l’équipe fanion s’est maintenue au sein de ce troisième échelon fédéral. Après une année aussi difficile, il était raisonnable de fusionner. Avec la présidente de Villeneuve-lès-Maguelonne, Nathalie Guyard, on avait pour projet de créer la structure Littoral Rugby Palavas-Villeneuve et mettre en place un centre de formation. Ce projet sportif très intéressant pour l’avenir du rugby sur le bassin palavasien, avait l’aval des deux communes. »

« Cette fusion ne répondait pas aux statuts »

Au cours du mois de mai, cette fusion qui avait été validée par les deux municipalités, a eu du plomb dans l’aile. « Il y a eu un revirement de situation, ajoute Michel Milovic. Un nouveau comité directeur s’est formé à Palavas, a demandé ma démission et l’annulation de la fusion. Les opposants à la fusion sont maintenant à la tête du club.»

Pourquoi ce projet sportif assez alléchant n’a pas fait l’unanimité au sein des actuels dirigeants palavasiens ? « Tout simplement, les règlements, les statuts de cette nouvelle association n’avaient pas été respectés. Voilà pourquoi nous étions opposés à cette fusion. Avec un nouveau comité directeur, nous avons repris le club avec de l’ambition. À l’intersaison, nous avons eu trente recrues. Chez les jeunes et l’école de rugby, nous sommes indépendants et mis en place une section Baby. Au sein de ce championnat de Fédérale 3, je pense que mon équipe va bien se comporter. Le rugby palavasien peut voler de ses propres ailes », répond la présidente Charlène Benezech.

Qui a tort, qui a raison ? Seul l’avenir le dira. Mais toujours est-il que dans cette histoire de fusion avortée, deux personnes n’en sont pas sorties indemnes l’ancien président palavasien, Michel Milovic et Nathalie Guyard, la présidente de Villeneuve-lès-Maguelonne. Son club devait évoluer en troisième division fédérale, il repart en Quatrième Série de la ligue Occitanie.