Vent portant

En quête de dynamique, les Rochelais pourront s’appuyer ces prochaines semaines sur le contexte des matchs à domicile, mais aussi sur leurs internationaux, des leaders désireux de se montrer avant la tournée d’automne.

«Il faut du temps pour faire les choses. » Dixième après trois journées, le Stade rochelais de Xavier Garbajosa et Grégory Patat ne s’en cache pas. Oui, il y a un certain retard à l’allumage. Par rapport à la saison dernière d’abord où le club maritime occupait, après trois journées, la troisième place du championnat avec neuf points, contre quatre actuellement. Par rapport au contenu aussi. Après deux déplacements, force est de constater que l’équipe a quelque peu calé en première période à Montpellier et Toulouse. Deux revers qui ont agacé le vice-capitaine Romain Sazy qui aura eu les mots pour le dire au groupe. Deux revers qui montrent que tout ne se fait pas d’un claquement de doigts. « L’assemblage a un peu de mal à se faire avec des nouveaux joueurs, et des anciens après une saison qui a été frustrante sur la fin, explique Xavier Garbajosa. Il faut se relever, aller de l’avant. On essaye d’aller à l’essentiel. Franchement, les garçons s’entraînent bien sur chaque session. On ne maîtrise pas le paramètre temps, mais on essaye qu’il soit le plus petit possible et on espère trouver, non pas de la confiance, mais une dynamique. »

Contexte plus favorable

L’état des lieux posé par le responsable des arrières rochelais, reste à savoir d’où peut bien venir cette dynamique ? Des résultats, évidemment. Il faut dire qu’avec deux premiers déplacements, chez le finaliste du dernier championnat et un barragiste, le début de saison des Jaune et Noir n’était pas simple. Et le retour en fin de match à Toulouse, avec quatre essais inscrits en moins d’une demi-heure, incite à voir la bouteille à moitié pleine plutôt qu’à moitié vide. Quand elle a le ballon, la formation rochelaise avance et marque. Mais encore faut-il l’obtenir et le conserver. En regardant ce qui attend les Rochelais ces prochaines semaines, on voit poindre un contexte susceptible de les lancer. Quoi de mieux que trois réceptions en trois semaines (Perpignan, Lyon et Clermont) pour cela ? Vaincus deux fois l’an passé à Marcel-Deflandre par Toulon et Castres, les Jaune et Noir ont une petite revanche à prendre avec eux-mêmes. « Quand tu es chez toi, tu n’as pas envie de perdre, de décevoir tes supporters », glisse à ce sujet Arthur Retière, conscient de l’environnement unique de Deflandre, avec un potentiel 36e guichet fermé consécutif en Top 14, dimanche contre Perpignan.

Mais ce n’est pas tout. À La Rochelle, ils sont quelques-uns à briguer une place en équipe de France pour les échéances internationales à venir, notamment ceux dont les noms apparaissent sur les listes XV de France (Uini Atonio, Geoffrey Doumayrou, Kevin Gourdon, Dany Priso) et France Développement (Pierre Bourgarit, Thomas Jolmes, et Arthur Retière). Des locomotives susceptibles d’amener les autres joueurs à élever leur niveau. Xavier Garbajosa en a bien conscience. « Pour nous, l’avantage, c’est que ces joueurs, qui veulent connaître le très haut-niveau, vont être un vrai moteur pour l’équipe. Ils vont vouloir être des leaders dans le travail, dans l’exemplarité, dans l’attitude. Ils peuvent aussi donner aux autres l’envie de progresser individuellement. » À un moment où les Rochelais sont en quête de dynamique, et à quelques semaines de la tournée d’automne, c’est un atout qui n’est pas négligeable.

Par Arnaud Bébien