• Chute à l'arrière
    Chute à l'arrière
Publié le / Modifié le
Top 14

Chute à l'arrière

Le poste d’arrière pose question au RCT. Bonneval en difficulté, Placid de retour de blessure, les solutions ne sont pas légion.

Parmi les chantiers du début de saison toulonnais, le poste d’arrière s’inscrit en haut de la pile. Après deux journées, Patrice Collazo a sorti Hugo Bonneval du groupe pour lancer Jonah Placid. « Il y a les entraînements, la semaine de travail, les performances du week-end… Beaucoup de choses entrent en jeu », justifiait le manager. Et si l’ancien Parisien n’a pas brillé face au Racing et à Pau, on ne peut pas dire que le jeune Australien se soit particulièrement illustré contre Castres, se montrant en difficulté dans son placement, son jeu au pied ainsi que ses tentatives de relance. « C’était une reprise pour lui, il n’a pas de rythme. Il a besoin de temps », explique Patrice Teisseire, vainqueur du Brennus avec le RCT en 1992.

Arrivé la saison passée, Placid n’avait encore jamais joué avec Toulon, la faute à une blessure à un genou. « Avec ce premier match, il va lever une partie de l’appréhension. L’entraînement, c’est une chose, les matchs une autre », poursuit Teisseire. L’Australien de 23 ans doit enchaîner pour prouver sa valeur. « Le sortir après seulement une rencontre, qui plus est un match de reprise, ce serait très dur », estime l’ex-numéro 15 rouge et noir. D’autant plus que comme Bonneval, Placid reste dépendant du collectif. « Pour l’instant, le jeu proposé ne plaide pas en faveur d’un joueur comme Hugo qui aime les intervalles », analyse le champion de France 1992, même s’il faut ajouter à cela des errements sur les ballons hauts mais aussi en défense. 

Pas d’alternative concrète

Mais la problématique du poste d’arrière demeure récurrente depuis les départs de d’Armitage et Mitchell. Leigh Halfpenny a été une solution mais les nombreuses blessures et les absences pour sélection ont fait du Gallois un intermittent du poste. L’an passé, Chris Ashton avait été repositionné dans ce rôle, avec réussite, mais l’Anglais n’est plus. Si d’aventure Bonneval et Placid ne donnent pas satisfaction qui pour jouer les pompiers de service ? Le club était en contacts avancés avec le Sud-Africain Andries Coetzee durant l’intersaison, avant de se raviser. « Placid peut jouer mais il n’est pas le seul, je ne suis pas inquiet pour ce poste », plaidait d’ailleurs Collazo il y a quelques jours. Les noms de Pietersen, Belleau ou Trinh-Duc reviennent parfois. Et même Nakosi a été repositionné durant le match face au CO. « Dans la durée, il faut un joueur avec du pied. Il me semble que cela sort Pietersen, malgré ses qualités de vitesse et de course. François peut s’avérer une solution par son expérience et ses qualités, à condition qu’il se sente à l’aise. Pour Belleau, ça me semble compliqué. Il est le numéro 10 de l’équipe de France. Le repositionner pourrait l’empêcher d’être compétitif en sélection et lui enlèverait ses automatismes. Il est encore jeune », analyse Teisseire. À Bonneval et Placid de retrouver confiance ou à Patrice Collazo de sortir une surprise du chapeau, comme il en est parfois capable.

Par Fabrice Michelier

Emmanuel Massicard
Réagir