• "On s'est menti"
    "On s'est menti"
Publié le / Modifié le
Top 14

"On s'est menti"

Pour son premier match de la saison, le troisième ligne a eu un baptême du feu difficile à Mayol. S’il garde quelques points positifs, il jette un regard sévère sur la prestation des siens

Que retenez-vous de cette défaite face à Toulon ?

Ça a été très compliqué, mais nous nous y attendions. Nous savions que nous allions être reçus face à un Toulon n’ayant pas encore lancé sa saison. C’était quitte ou double, soit nous parvenions à faire un gros match pour les accrocher, soit on allait les relancer. Et je pense que c’est le cas. Nous sommes passés à côté dans l’engagement en première période, où nous subissons trop dans le jeu pour pouvoir espérer quoi que ce soit. C’était compliqué à partir de là, face à une équipe avec autant de stars.

Toulon a très bien démarré, alors que c’est à ce moment-là que vous auriez pu les faire douter…

Nous savons que c’est une équipe qui attaque très fort, avec la volonté de tuer le match rapidement, d’étouffer l’adversaire pendant 20 minutes. On le savait, on s’est un peu menti entre nous. Nous sommes passés à côté et une fois la machine toulonnaise est lancée, c’est difficile de l’arrêter. Nous avons subi pas mal dans les rucks, où nous avons perdu beaucoup de ballons. Maintenant, il faut que l’on se rattrape vite. Notre deuxième mi-temps a été meilleure, nous avons plus tenu la balle et joué chez eux pour les mettre à la faute, mais nous ne concrétisons pas au pied. Nous ne parvenons pas à les faire douter car nous ne marquons pas.

Agen privilégie les matchs à domicile, mais contrairement à vos deux autres rencontres à l’extérieur, le score est moins lourd. Des regrets ?

Nous savons que ce n’est pas notre championnat, mais nous jouons chaque rencontre pour gagner. C’est mon cas et je sais que tous les joueurs à mes côtés sont là pour gagner, que ce soit Toulon ou n’importe qui en face. Nous voulions faire le meilleur match possible. Contrairement aux autres sorties, c’est moins dur au tableau d’affichage. C’est vrai. Le score est même un peu sévère car on prend des essais en contre, sur des exploits personnels, comme celui de Fekitoa. Mais, ce n’est que la cinquième rencontre de l’année, beaucoup de joueurs avaient besoin de se relancer, dont moi, afin d’avoir quelques certitudes pour faire un bon match face à Pau.

Il s’agissait de votre premier match de la saison. Comment vous êtes vous senti ?

Je n’ai pas joué de quatre semaines, à cause de la commotion. J’ai dû couper pendant trois semaines, sans rien faire, ni physique ni rien. Je savais que j’allais être un peu à la peine, surtout face à une équipe comme ça. J’ai essayé de tout donner. J’ai eu des crampes à la 45e, c’est la première fois de ma vie que ça m’arrive. J’appréhendais un peu ce match. Nous avons fait du mieux possible, on retiendra la seconde période. Il va falloir que l’on se remette au travail, et moi le premier. Après, ce n’est que du bonheur, on joue à Mayol, face à Toulon, il y a pire. 

Par Fabrice Michelier 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir