• Brive sans coup férir
    Brive sans coup férir
Publié le / Modifié le
Pro D2

Brive sans coup férir

Opposé à Aurillac, Brive n'a pas tremblé dans le derby à domicile et s'impose 36-14. Les Corréziens, forts d'un collectif qui commence à bien se trouver, engrangent un quatrième succès cette saison, le troisième d'affilée et le premier avec le bonus offensif. Depuis le premier match à Bayonne, le CAB n'a plus perdu, et se retrouve désormais quatrième.

Le match

Une mi-temps quasi-parfaite et une autre plus poussive. Pourtant au bout des 80 minutes, Brive peut avoir légitimement le sourire et le sentiment du devoir accompli. Après un succès acquis avec les tripes et somme toute pas mal de déchet à Vannes, les Corréziens avaient à cœur d'offrir à leurs supporters un visage plus complet. Dans le sillage d'un huit de devant qui n'a rien laissé à ses adversaires, comme d'habitude depuis le début de saison, Brive a livré un premier acte tonitruant. Thomas Larenjeira ouvrait le score à la 4ème minute sur un hors-jeu cantalien (3-0). Le début des ennuis pour les Rouge et Bleu, extrêmement indisciplinés et qui ont subi les événements pendant 40 minutes. À la 8ème minute, Amédée-Domenech rendait hommage au gentleman et guerrier Petrus Hauman, le troisième ligne sud-africain contraint de mettre un terme à sa carrière cette semaine. La mêlée était recompensée de ses efforts à la 15ème minute par un essai de pénalité accordé par M.Clave (10-0). La seule mauvaise nouvelle venait de Guillaume Namy, touché à la cuisse gauche, et contraint de céder sa place à la 16ème minute et remplacé par Félix Le Bourhis. À la 20ème minute, Aurillac se faisait surprendre sur une sortie de mêlée avec introduction pour lui. Saïd Hirèche se jetait sur le ballon et l'arrière-garde corrézienne se mettait dans l'avancée avec notamment un Arnaud Mignardi des grands soirs, propre et rapide dans ses transmissions. Trois temps de jeu plus tard, le champion du monde U20 Demba Bamba emportait tout sur son passage et inscrivait le deuxième essai des siens. Laranjeira transformait (17-0). Aurillac, secoué à l'image de De Wet sur un plaquage de Synman à la 27ème ne trouvait pas la solution. Pire, les joueurs de Thierry Peuchlestrade se retrouvaient à 13 avec deux cartons jaunes pour Julius Nostadt (34ème), en grande souffrance face à Bamba et le capitaine Pierre Roussel (36ème), auteur d'une faute d'antijeu sur Snyman en touche. Brive ne se faisait pas prier : Fa'aso'o y allait en force (24-0). Avant que Galala ne conclue un contre assasin sur une perte de balle en touche. Le deuxième centre fidjien bénéficiait du très bon travail d'Arnaud Mignardi. Thomas Laranjeira ne transformait pas après la sirène (29-0).

La deuxième mi-temps démarrait sur un tempo moins enlevé, Brive relâchait l'étreinte et Aurillac se rebiffait un peu à l'image de sa mêlée qui obtenait une pénalité à la 48ème. Les Corréziens, moins précis, se reposaient sur les lauriers de la victoire. Il y avait de la facilité dans l'air et Olding se faisait contrer à la 50ème sur un dégagement dans ses 22. Cristian Ojovan, rentré en jeu en profitait pour alléger l'addition (29-7). Avant que Thomas Laranjeira n'en remette une couche à la 55ème (36-7), sécurisant ainsi le bonus offensif. La réaction d'orgueil du Cantal arrivait de Shaun Adendorff à l'aube des vingt dernières minutes. Le numéro 8 plutôt en vue ce soir dans le marasme aurillacois inscrivait le deuxième essai des siens (36-14). Brive laissait Aurillac avoir l'initiative lors du dernier quart d'heure et faisait le dos rond, défendant son premier bonus offensif de la saison et jouant avec le feu. L'indiscipline (deux cartons jaunes récoltés par Fourcade et Acquier) noircissait le tableau mais le CAB tenait bon.

 

Le fait du match : La touche briviste se règle

En difficulté depuis le début de saison, au contraire de la mêlée, la touche briviste a étonné son monde ce soir. Après avoir récupéré cinq ballons à Vannes , et en avoir perdu cinq aussi, l'alignement corrézien a réussi à ne pas perdre un seul de ses 17 ballons ce soir. Dans le sillage de sa deuxième ligne de devoir Peet Marais – Johan Snyman et de la belle moisson en touche de son capitaine Saïd Hirèche, Brive a assuré dans ce secteur. Et a su profiter des cadeaux faits par le rival aurillacois, cinq ballons laissés en route.

 

L'essai du match : Le premier essai de pénalité à la 15ème minute

C'est peut-être la force numéro 1 de ce CAB version 2019/2020. La mêlée fermée est un exerice où les Corréziens s'en donnent à cœur joie depuis le début de saison. Aurillac pourtant pas un cancre dans ce domaine l'a appris à ses dépens ce soir et l'a payé cher en concédant le premier essai de la rencontre sur un essai de pénalité consécutif à une mêlée sur les cinq mètres cantaliens. Le début des ennuis.

 

L'homme du match : Le collectif

Difficile de dégager un homme du collectif noir et blanc. Il y a eu de très belles performances de la première ligne et de la deuxième ligne sud-africaine sans oublier le punch amené par Arnaud Mignardi et Félix Le Bourhis. Mais c'est une performance d'ensemble qui est à souligner sur ce match.

Les meilleurs :

à Brive : Devisme, Da Ros, Bamba, Peet Marais, Hirèche, Fa'aso'o, Giorgadze, Mignardi, Laranjeira ; 

à Aurillac : Adendorff, Boisset, McPhee.

 

Par Enzo Diaz

midi olympique
Réagir