• QUART D’HEURE CHARENTAIS
    QUART D’HEURE CHARENTAIS
Publié le / Modifié le
Top 14

QUART D’HEURE CHARENTAIS

La Rochelle - Au quart du championnat, les Rochelais ne sont pas dans une dynamique de postulant au Top 6. Gagner contre Clermont est capital pour ne pas s’en éloigner.

Dans les Charentes, quand une personne est en retard, on a souvent tendance à évoquer le quart d’heure charentais. Une façon ironique de se dédouaner de la grosse dizaine de minutes de retard à un rendez-vous. Du début de saison de La Rochelle en Top 14, le parallèle est facile et on pourrait même parler de la mi-temps charentaise, après trois entames manquées à l’extérieur. Le staff rochelais, lui, ne s’amuse pas de cette tendance des joueurs à jouer les poussifs. Le bilan est mi-figue, mi-raisin, et le classement (9e) le reflète assez bien.

Jouer une cinquième saison de suite en Top 14 permet des estimations, de jauger. Surtout qu’après six journées, le quart du championnat est atteint (ou presque). Cette neuvième place, c’est ainsi moins bien que lors des deux dernières saisons, avec une première place après six journées en 2016-2017 (premier de la phase régulière) et une cinquième place en 2017-2018 (septième au final). La situation du moment se rapproche plus de celles des deux exercices qui avaient suivi la montée de 2014. Respectivement neuvième et dixième après six journées en 2014-2015 et 2015-2016, La Rochelle avait fini à la même place ces deux saisons, neuvième. Ici, nous ne disons pas que la neuvième place des Rochelais n’évoluera pas vers un résultat meilleur en fin de saison mais force est de constater l’histoire récente du club en Top 14. Et celle-ci montre donc que le rang occupé au quart du championnat n’a jamais bougé de plus de deux places en fin de saison. Autrement dit, les Jaune et Noir pourraient terminer entre la septième et la onzième place en mai prochain. Ils ne l’entendront certainement pas de cette oreille.

"Trouver les causes"

L’avantage, pour eux, c’est d’être au quart du championnat. Il leur reste encore les trois-quarts pour s’améliorer, changer la donne. Pour espérer un top 6, c’est fondamental et ça passe par un succès à Deflandre ce samedi contre Clermont. Il y a ensuite cette mauvaise habitude à l’extérieur, de démarrer le match en seconde mi-temps. "On a vraiment envie de trouver les causes de ça. Car c’est impossible de gagner un match de ce niveau-là quand on donne aussi facilement des points à l’adversaire et que l’on rentre à la mi-temps avec 20, 25 ou 30 points. C’est quasi-impossible", pestait Xavier Garbajosa, samedi à Bordeaux, après une première mi-temps complètement ratée (34 à 10 à la pause).

En attendant de trouver les explications, il faut s’en remettre au bon sens du demi de mêlée Alexi Balès. "Encore plus que les années précédentes, il faut être intraitable à domicile et aller grappiller quelques matchs à l’extérieur. La saison dernière, il y a Toulon puis Castres qui nous ont échappé à domicile. Déjà, si on n’est pas intraitable à domicile, le top 6, c’est difficile."

Les Rochelais en ont donc conscience. Contre Clermont, le quart d’heure charentais n’est pas ce qu’il y a de plus recommandé. C’est plutôt une histoire de démarrage au coup de sifflet. Faire mentir leur passé est une issue toute programmée, c’est tout le mal qui les attend.

Par Arnaud Bébien 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir