Quatre à la suite

Brive - Même sans leur maître à jouer Stuart Olding, sorti sur carton rouge, les Corréziens n’ont pas perdu pied et sont allés chercher un quatrième succès de suite. Implacables !

Une goutte d’eau dans un océan de sérénité. Voilà à quoi résumer si on devait le faire la sortie prématurée de l’aire de jeu de Stuart Olding à la 12e. Au vu du résultat, et du scenario de la rencontre les sourires pouvaient être légitimes après-match. Brive s’est sorti d’un beau piège tendu par son adversaire du dimanche, le SAXV, venu chatouiller et contrarier les plans corréziens. La satisfaction ou plutôt le soulagement de la victoire c’est ce que retenait ainsi le capitaine Saïd Hirèche en premier lieu : "Nous sommes soulagés d’avoir gagné. Nous avons su faire preuve d’une belle solidarité par moments et d’un engagement sans faille durant toute la durée de la rencontre. Le scenario montre que nous sommes costauds dans les têtes mais par moments on perd pied, on pète un câble." nuançait le troisième ligne, une nouvelle fois au four et au moulin dans le jeu au sol.

L’état d’esprit loué

Il faut donc avant tout malgré la fâcheuse indiscipline - plus de treize pénalités, et deux cartons rouges contre - retenir la belle solidarité, l’engagement mis par l’ensemble des joueurs et les choix stratégiques qui se sont avérés payants. Amputé de son chef d’orchestre, véritable maître à jouer depuis le début de saison, le CAB s’est réorganisé autour de Thomas Laranjeira dans un premier temps puis Matthieu Ugalde. Surtout Brive n’a pas subi les événements, refusant le vilain coup du sort. Refusant aussi de se laisser malmener par un adversaire nettement plus consistant que le précédent aurillacois. Les Corréziens s’attendaient à un féroce combat, notamment en conquête et ils n’ont pas été déçus. Malmenés sur la première mêlée du match, ils ont relevé le défi. Ils ont répondu au bras de fer par le réveil de la force dans le sillage notamment de Demba Bamba et Otar Giorgadze. À la 50e, sur introduction charentaise le huit de devant a fait étalage de toute sa puissance. "C’était un moment important pour nous. Il fallait gagner cette mêlée." relevait Hirèche, satisfait également du travail entrepris sur les ballons portés, un secteur où Brive n’était pas si rayonnant depuis le début de saison. Pour Jeremy Davidson, "il y a de grosses satisfactions" à retirer d’un tel match même s’il est "encore interdit de parler du classement". Après tout Brive n’est que deuxième, et quelque chose nous dit que nous n’avons pas encore vu son tout meilleur visage. Appétissant !

Par Enzo Diaz