Le Père Noël est Neversois

Sous la pluie mais avec de belles intentions et un collectif épatant, les Neversois se sont offert un très beau cadeau pour finir l’année (32-6). Sur leur pelouse du Pré-Fleuri, ils ont écrasé les Vannetais et signé une victoire bonifiée. Au pied du sapin, la première place...

Le résumé

Le grattage au sol, à la cinquième minute, du jeune pilier gauche Tornike Mataradze, suivi d’un long jeu au pied de l’ouvreur Zack Henry ont montré la voie aux Nivernais. Cinq minutes plus tard, un énorme groupé-pénétrant, né d’une prise en touche impeccable de Julien Kazubek, planta définitivement le décor. Au bout de trois pénaltouches, Vannes fut réduit à quatorze et Nevers alla derrière la ligne grâce à son phénomène Josaïa Raisuqe. Malgré les conditions dignes d’un hiver breton, les Bourguignons n’hésitèrent pas à faire vivre le cuir, Raisuqe, encore lui, se chargeant de doubler la mise et d’inscrire son onzième essai de l’exercice. Si le pied de Christopher Hilsenbeck donna un peu d’espoirs aux visiteurs avant la pause, le retour des vestiaires ne laissa plus la place au doute. Après qu’Henry a fait gonfler le score de 12-6 à 18-6, les avants azur et or terminèrent le travail. Le pilier gauche Jordan Sénéca puis le deuxième ligne Senio Toleafola détruisirent la digue défensive vannetaise. Avec les transformations de Zack Henry, l’addition s’éleva à un 32-6 lumineux. Bonus offensif et première place, l’année 2018 du club du président Régis Dumange ne pouvait pas mieux s’achever. Vivement 2019 ! 

Le fait du match : le colossal travail des avants

Lorsque la pluie et le vent s’invitent au repas, le festin est souvent réservé aux avants. Sur l’impeccable pelouse nivernaise, ce furent donc d’abord les paquets qui, Noël approchant, se mirent à l’honneur. En évidence, la mêlée neversoise et les ballons portés des Jaunets firent pencher largement la balance en leur faveur. Seules, côté vannetais, la touche où Hugues Chalmers a dominé, et les charges répétées de Manoa Vosawaï représentèrent un danger pour les locaux. Le travail colossal de Hugo Fabrègue et ses avants fit exploser les Bretons.

Le joueur du match : Zack Henry

Pour que les trois-quarts brillent, il faut que leurs avants aillent à la mine. Profitant de la mainmise du huit de devant, l’ouvreur neversois Zack Henry a survolé la rencontre. L’Anglais de Nevers a su repousser les Vannetais à la faveur d’un jeu au pied précis et d’une longueur remarquable. Pas manchot, il a également dynamisé le jeu des lignes arrière de Nevers qui, en dépit de la pluie et d’un ballon glissant, n’ont jamais hésité à se faire des passes. Du bord de touche, Henry manqua le premier coup de pied qu’il eut à tenter (transformation du premier essai de Raisuqe) puis après, il signa un sans faute, claquant deux pénalités et trois transformations.

Les meilleurs

A Nevers : Le Gal, Raisuqe, Bonvalot, Henry, Fabrègue, Quercy, Bastide, Ceyte, Roelofse, Genevois, Mataradze.

A Vannes : Popelin, Bouthier, Vosawaï, Chalmers.

Par Antoine Deschamps