Publié le / Modifié le
Top 14

Le coup DE LA PANNE

LYON mis à part quinze dernières minutes de bonne facture, LE LOU EST PASSé totalement à côté de son match. une frayeur sans conséquences.

Qu’est-il arrivé au Lou ce samedi soir à Armandie ? La ville lumière n’avait de lumière que le nom tant ses protégés ne sont jamais parvenus à créer l’étincelle. Le président du club Yann Roubert avait du mal à expliquer cet immense trou d’air à l’issue de la rencontre et préférait mettre en avant la solide prestation de l’adversaire : "Agen nous a montré ce qu’il fallait faire en termes d’envie, de maîtrise, de conquête et de jeu au pied." En effet, le Lou fut pris dans tous les secteurs du jeu et s’est contenté des miettes laissées par des Lot-et-Garonnais totalement décomplexés, comme le concède le manager du club, Pierre Mignoni : "Nous avons manqué de détermination face à une équipe qui jouait sa vie. Nous n’avons pas été à la hauteur et nous ne méritons pas plus en jouant seulement quinze minutes sur l’ensemble de la rencontre." Un manque de constance regrettable au vu des qualités de cet effectif. Étouffés dans les zones de rucks, approximatifs en conquête et soporifiques lors de leurs phases offensives soixante-cinq minutes durant, les visiteurs ont tout simplement vécu un match sans. Un accident qui doit servir de "piqûre de rappel" pour le président du club, déçu mais pas abattu.

UNE STRatégie écorchée

D’ordinaire impériaux en touche, les Lyonnais sont passés totalement à côté de leur rencontre dans ce secteur-là. Pas même l’orfèvre Julien Puricelli n’a pu endiguer la minutie du contre agenais. Le capitaine rhodanien tenait à dédouaner ses coéquipiers concernant l’inhabituelle maladresse des siens dans un compartiment du jeu traditionnellement fertile : "J’assume l’entière responsabilité de la touche. Nous avons manqué de munitions en conquête dans notre camp et dans le leur. C’est un non-match." Lorsque l’alignement Rouge et Noir tangue, c’est tout le navire qui chavire. Problème pour le LOU, à la conquête, vient s’ajouter une dimension stratégique éminemment défaillante. Venus pour occuper au pied, les partenaires du chef de meute lyonnais ont failli : "Nous pensions faire un match d’occupation puis contrôler mais nous n’avons pas réussi à nous servir du vent en première période. Face à une équipe qui garde le cap stratégiquement toute la partie et qui a su s’adapter, ça ne pardonne pas. Nous avons joué à l’envers", déclarait Julien Puricelli. Le jeu au pied trop approximatif malgré l’appui d’Éole durant le premier acte illustre à merveille la perte de la bataille tactique. En dépit d’un revers qui ne souffre d’aucune contestation, le Lou n’est pas en danger dans sa quête de barrage. Pierre Mignoni tenait à rester positif : "Il ne faut pas baisser la tête, nous sommes toujours troisièmes au classement. Toutefois, nous devons vite relever la tête. C’est un vrai coup de pied aux fesses que nous avons reçu." Avec deux réceptions sur les trois dernières journées, le hurlement du Lou devrait à nouveau se faire entendre dans la capitale des Gaules.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir