• Judicaël Cancoriet espère tirer son épingle du jeu dans la perspective des phases finales.
    Judicaël Cancoriet espère tirer son épingle du jeu dans la perspective des phases finales. Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Cancoriet postule déjà

Dans l’optique des demi-finales, peu de places restent à prendre dans les rangs auvergnats. Cancoriet a encore une carte à jouer.

Clermont, c’est sûr, n’avait pas fait de ce déplacement à Toulon un temps fort de sa fin de saison. La composition d’équipe le laissait clairement comprendre, quand Kayser, Vahaamahina, Timani, Iturria, Yato, Lopez, Fofana ou Penaud avaient été laissés au repos. Malgré tout, il y avait l’affront de la saison passée à laver (défaite 49-0 à Mayol).

"C’est tout de même dur d’oublier le score de l’an dernier…" confiait pendant la semaine le 3e ligne Judicaël Cancoriet, qui célébrait à Mayol sa première titularisation depuis quatre mois et sa rupture d’un tendon pectoral. "Clermont, à chaque fois qu’ils se déplacent chez une équipe qui les avait bien reçus la saison dernière, ils mettent un point d’honneur à répondre présent. Pour connaître leurs entraîneurs, je pense qu’ils ont coché le 49 - 00 de l’an dernier" anticipait Patrice Collazo.

De ce match et sur le seul aspect sportif, on ne retiendra pas grand-chose de la production collective, tant le match fut haché, totalement gâché par une météo capricieuse et les imprécisions qui en ont découlé. Individuellement, toutefois, quelques enseignements en prévision des prochaines demi-finales, pour lesquelles les Clermontois disposaient de quatre semaines et deux matchs pour se préparer au mieux.

En balance avec Lapandry

Quatre semaines, c’est donc le temps qu’il restait aux absents de Newcastle pour espérer se faire une place dans le XV qui débutera la demi-finale, le 8 ou 9 juin sur la pelouse du Matmut Atlantique de Bordeaux. Les places sont rares et chères dans l’effectif auvergnat. Par rapport à l’équipe qui a triomphé de La Rochelle à Newcastle, en finale de la Challenge Cup, peu d’espaces vont s’ouvrir.

À ce petit jeu, on a particulièrement suivi le retour de Judicaël Cancoriet, ce dimanche. Si Arthur Iturria, Fritz Lee et Peceli Yato sont sûrs d’être de la partie, sauf blessure, il reste une place en jeu en troisième ligne sur la feuille de match. À Newcastle, c’est Alexandra Lapandry qui l’avait occupée, et brillamment. "Panpan", clairement, avait marqué des points toujours aussi propre et efficace. Mais sa place est soudainement remise en jeu par le retour sur les terrains de Cancoriet, très actif à Toulon. De l’appétit, l’ancien 3e ligne de Massy n’en manquait clairement pas. Dans la semaine déjà, il s’impatientait. "Je suis zen, je suis bien entouré et il n’y a plus qu’à le montrer sur le terrain. J’ai récupéré de la masse du haut du corps, j’ai vite recouru avec les préparateurs physiques. Cela va piquer un peu à Mayol mais c’est normal. Je vais essayer de jouer 80 minutes et je pars de loin car à un moment je pensais ma saison terminée". Elle ne l’est désormais plus. Et Franck Azéma aura déjà un premier cas à arbitrer, entre Lapandry et Cancoriet.

Sur le même sujet
Réagir